Pacte national pour l’émergence industrielle : Près de 20.000 emplois seront créés à fin 2011

Pacte national pour l’émergence industrielle : Près de 20.000 emplois seront créés à fin 2011

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a présidé, jeudi 5 mai 2011 à Casablanca, la cérémonie d’ouverture des deuxièmes Assises de l’industrie. Ces rencontres viennent également couronner la mise en œuvre du Pacte national pour l’émergence industrielle (PNEI, 2009-2015), signé à Fès le 13 février 2009, dont les mesures s’articulent autour du renforcement de la compétitivité des PME, de l’amélioration du climat des affaires et de la promotion de la formation, du développement des métiers mondiaux du Maroc et de plates-formes industrielles intégrées (P2I). De ce fait , le Souverain a présidé la cérémonie de signature de sept conventions de partenariat et de développement industriel entre le gouvernement et nombre d’opérateurs économiques (voir encadré). En outre, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, vendredi à Casablanca, au lancement des travaux d’aménagement de la plate-forme industrielle intégrée de Nouaceur, Midaparc, d’un coût global de 743 millions DH.
La plate-forme industrielle de Nouaceur, qui devra générer 4 milliards DH d’investissements industriels après sa réalisation, a pour ambition de développer une plate-forme industrielle de conception innovante pour l’industrie aéronautique, la défense-sécurité, l’électronique, les matériaux composites, la logistique industrielle et d’autres activités connexes. La plate-forme industrielle de Nouaceur favorisera l’implantation rapide de sociétés industrielles compétitives en termes de qualité et de coûts, en fournissant des activités communes, des ateliers prêts à l’emploi pour une implantation provisoire des sociétés et des usines dédiés, répondant aux besoins des investisseurs. D’une superficie totale de 125 hectares, la nouvelle plate-forme sera réalisée en deux tranches. La première, dont l’achèvement est prévu au 4ème trimestre 2012, porte sur une surface brute d’environ 63 hectares, alors que la deuxième tranche (62 ha) sera entamée au premier trimestre 2015 et prendra fin au dernier trimestre 2016.Erigée en zone franche, la future plateforme industrielle de Nouaceur pourra accueillir jusqu’à 300 entreprises et permettra de générer 15.000 emplois directs. à cette occasion, SM le Roi a suivi des explications sur le parc paysager aéronautique qui devra être aménagé sur une superficie de 15 hectares, pour une enveloppe budgétaire de 30 MDH. Cet espace récréatif, qui sera aménagé sur un terrain mitoyen au projet Midaparc, comprendra notamment un mail central, des équipements sociaux sportifs, des parcours pédestres et des locaux commerciaux et de services. Le Souverain a, par la suite, procédé à l’inauguration de l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA), réalisé pour un investissement global de 113,5 millions de dirhams. L’IMA a pour mission d’assurer au personnel des entreprises du secteur aéronautique et spatial des formations pré et post-embauche et des cours de perfectionnement dans le but de répondre aux besoins et exigences des entreprises. L’IMA permettra la formation de 300 stagiaires en 2011 et 450 en 2012, pour atteindre à terme une capacité de pointe de 800 stagiaires par an. Par ailleurs, les Assises se veulent une étape d’analyse et de réflexion. À cet égard, M. Chami a, en effet, confirmé que le Maroc est sur la bonne voie pour la mise en œuvre des 111 mesures du Pacte. à cet effet, le ministre a dressé le bilan d’étape de la deuxième année du Plan «Emergence». S’agissant des plate-formes industrielles intégrées (P2I), M. Chami a relevé que dix plateformes industrielles intégrées ont été placées auprès des aménageurs développeurs, soit plus de 1.500 hectares sur les 2.000 prévus par le Pacte national. Il a, par ailleurs, annoncé que la P2I de Kénitra sera fin prête en septembre avec le lancement de la première unité industrielle, ce qui représente près de 5.000 postes d’emploi. Pour leur part, les exportations du secteur automobile se sont inscrites en hausse de 50 %, celles de l’aéronautique de 36 %, de l’électronique de 23 %, et d’offshoring de 27 %, a indiqué M. Chami. Ces secteurs ont permis la création de 15.000 emplois en 2010, et ce conformément aux objectifs du Pacte national pour l’émergence industrielle, a-t-il ajouté. Compte tenu de ces résultats, M. Chami a révélé qu’il est temps de passer à une vitesse supérieure en matière de promotion et d’accompagnement des investisseurs afin de relever le défi de l’efficience et d’assurer une meilleure coopération aux différents acteurs, ciblant dans ce sens la création de 20.000 postes d’emploi en 2011. Le textile et l’agroalimentaire ont affiché de bonnes performances en termes d’exportation. Se référant au bilan du ministre, la valeur des exportations du textile s’est améliorée de 4 % en 2010 pour atteindre 31 milliards DH, alors que celle de l’agroalimentaire a cru de 5 % pour un montant de 17 milliards DH. Côté patronat, Mohamed Horani, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc a indiqué, lors des Assises, que les entreprises industrielles marocaines ont généré 215 milliards DH en 2010, soit 28% du PIB, tout en ambitionnant d’apporter cette contribution à 550 milliards DH à l’horizon 2020. Précisant qu’il est «nécessaire de promouvoir un environnement attractif pour les opérateurs industriels et de fournir un appui spécifique aux secteurs à fort potentiel vis-à-vis de la croissance, de l’export, de l’emploi et de l’équilibre régional». M. Horani a salué, par cette occasion, la mise en place de programmes de soutien aux PME tels que Imtiaz, Moussanada, INMAA. En effet, l’année 2010 a été marquée par le lancement des programmes Imtiaz et Moussanada. Près de 33 entreprises ont pu bénéficier du premier programme alors que 299 entreprises ont profité du second dispositif visant à accompagner les PME dans leur démarche de modernisation et d’amélioration de leur compétitivité. M. Chami a rappelé, également, que l’Etat a lancé, le programme «Inmaa» et un centre innovant de développement des compétences Lean Manufacturing et d’accompagnement à l’amélioration des performances opérationnelles des PMI marocaines. Il a mis en place également deux fonds d’investissement publics-privés destinés à accompagner la création, le développement et la transmission des PME. À ce titre, une enveloppe budgétaire de 850 millions DH a été allouée pour lever les freins de la sous-capitalisation qui pénalisent actuellement de nombreuses PME, a souligné le ministre.


 Les sept conventions

• Convention relative à l’aménagement, le développement, la promotion, la commercialisation et la gestion de la plate-forme industrielle intégrée de Nouaceur.
• Convention d’application relative à l’aménagement, le développement, la promotion, la commercialisation et la gestion de la plate-forme industrielle intégrée de Tanger.
• Convention relative à la création d’un Fonds d’investissement public privé, doté de 430 millions DH pour le financement des Petites et Moyennes Entreprises.
• Convention relative à la création d’un Fonds d’investissement Public Privé, doté de 400 millions Dh ayant pour objet de réaliser, directement ou indirectement, toutes opérations liées à la prise et détention de participations minoritaires et majoritaires dans de petites et moyennes entreprises marocaines.
•  Convention entre partenaires fondateurs du programme Inmaa concernant la définition des conditions et des modalités de mise en œuvre du Projet «Inmaa» ainsi que les engagements des parties.
•  Convention relative à la mise en place du programme de promotion de la santé et sécurité au travail (2011 – 2014). Cette convention concerne l’opérationnalisation par l’INCVT (Institut national des conditions de vie au Travail) du programme de promotion de la santé et la sécurité au travail à travers notamment la sensibilisation et la mise à niveau des entreprises.
•  Convention relative à la mise en place et la gestion de l’Institut de formation aux métiers de l’industrie automobile (IFMIA) de Kénitra. Cette convention concerne la définition du cadre et des modalités de mise en place et de gestion de l’Institut de formation aux ùétiers de l’industrie automobile de Kénitra.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *