Palmier dattier : 1,8 million de plants implantés à ce jour

Palmier dattier : 1,8 million de plants implantés à ce jour

La filière s’approche de ses objectifs

Les dattes marocaines ne cessent de séduire les pays exportateurs. Après l’Europe et l’Amérique, ce produit intéresse aujourd’hui les Australiens. Cet engouement enchante Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, qui mesure par ce constat le développement palpable de la filière phoenicicole. Ces avancées sont en effet le fruit d’un grand effort de recherche et développement (R&D). «Les Australiens qui sont très exigeants en termes d’export sont venus récemment à la région du Tafilalet pour examiner une éventuelle importation du Majhoul dont la qualité n’est plus à démontrer. C’est un bon signe pour notre secteur», souligne dans ce sens le ministre lors un point de presse tenu en marge de l’ouverture de la 9ème édition du Salon international des dattes (Sidattes) qui se poursuit jusqu’au 29 octobre à Erfoud. M. Akhannouch s’est par ailleurs félicité des progrès réalisés par la R&D, notamment le développement d’une variété résistante au «Bayoud» et qui n’est tout autre que la variété Najda. «Je suis agréablement surpris par la qualité de cette variété que l’on considère comme étant une avancée technologique très importante pour le Maroc», ajoute le ministre de l’agriculture. La recherche et développement a également permis de rattraper le retard observé lors de la première étape de la mise en œuvre du contrat-programme dédié au palmier dattier.

En effet, le Maroc avance à pas surs vers l’objectif fixé dans ce sens et qui est l’implantation de 3 millions de plants à l’horizon 2020. M. Akhannouch a indiqué qu’a ce jour 1,8 million de palmiers dattiers ont été implantés, soit une moyenne de 500.000 plants par an, contre une disponibilité de 20.000 plants auparavant. La recherche et développement a non seulement pour objet de garantir la disponibilité des dattes sur le marché local et international mais également d’améliorer les revenus des agriculteurs. Grâce aux unités de valorisation, le prix de revient  a été multiplié par six. «Tous ces efforts démontrent que nous disposons aujourd’hui d’un noyau de véritable technicité et qu’une vraie industrie des dattes commence à s’installer», affirme le ministre.  L’optimisation du rendement passe également par le nettoyage des touffes qui permet de préserver le palmier des maladies nuisibles. Pour ce faire, un programme sera mené au niveau de la région du Tafilalet.

Le ministre réitère dans ce sens l’engagement de son département à investir dans la valorisation pour pallier des problèmes structurels  tels que le manque de ressources hydriques. Le département de l’agriculture déploiera  tous les moyens pour mobiliser le maximum d’eau dans la région.

Le Salon Sidattes ouvre grandes ses portes à Erfoud : La valorisation des dattes en débat

Le coup d’envoi de la huitième édition du Salon international des dattes (Sidattes) a été officiellement donné à Erfoud. A l’heure où nous mettions sous presse, les 250 exposants participant à cette manifestation s’apprêtent à accueillir  leurs premiers clients. En effet, 75.000 visiteurs sont attendus à cet événement qui se poursuit jusqu’à dimanche 29 octobre. Comme le veut la tradition, chaque édition traite d’une thématique relative au développement du secteur phoenicicole. Le choix cette année s’est porté sur la valorisation des dattes en tant que plus-value pour l’économie des oasis. Pour mesurer cet impact, des visites de terrain sont prévues tout au long du Salon. Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a ouvert le bal mercredi 25 octobre en visitant le Domaine Snoussia. Ce projet portant sur un investissement global de 30 millions de dirhams, regroupe de nombreuses exploitations modernes de palmier dattier en cours de création dans la région du Tafilalet. Sa mise en oeuvre s’inscrit dans le cadre du  Pilier I du Plan Maroc Vert visant à moderniser le secteur phoenicicole, afin de garantir la qualité et la quantité en matière de consommation des dattes, et ce au niveau national et international. Se situant à proximité d’Errachidia, le Domaine Snoussia s’étend sur une superficie de 150 hectares, dont 133 hectares plantés en palmier dattier et entièrement équipée en système d’irrigation goutte-à-goutte. «15.430 pieds y sont plantés dont 11.000 pieds de Majhoul. Le reste est planté en Boufaggouss, Najda et Mâles (5.430 pieds)», apprend-on du département de l’agriculture. Lors de cette visite, le ministre s’est enquis de l’état d’avancement du programme d’extension du palmier dattier ainsi que de l’étude d’aménagement de l’axe Meski- Boudnib.  Cette visite s’est également arrêtée pour s’arrêter sur la situation de la nappe phréatique de la région.

Rappelons que plusieurs ouvrages hydroagricoles ont été ms en place dans la région. Citons a titre d’exemple le barrage «Kaddoussa» dans l’axe «Boudnib», qui permettra d’accompagner la dynamique agricole de la région tout en sécurisant son approvisionnement en eau. Pour rappel, la filière phoenicicole joue un rôle socio-économique important dans les régions oasiennes. Elle garantit 40 à 60% du revenu agricole de plus de 2 millions de Marocains. la filière assure 12.000 emplois. Avec une superficie de 51.000 hectares de surface cultivée et une production annuelle moyenne de 111.000 tonnes, le Maroc est le 11ème producteur mondial de dattes. L’effectif est estimé à 6,6 millions pieds de palmier dattier. Au moment où la consommation par habitant par an est évaluée à 3,25 kilogrammes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *