Palmier dattier : Une filière à grande portée socio-économique

Palmier dattier : Une filière à grande portée socio-économique

Une contribution à hauteur de 60% au revenu agricole de plus de 2 millions de Marocains

La phoeniciculture soutient fortement le pouvoir d’achat du Marocain. Le secteur garantit entre 40 à 60% du revenu agricole de plus de deux millions de Marocains. Il contribue également à dynamiser le marché  de l’emploi en assurant plus de 3 millions de journées de travail aux populations locales. La phoeniciculture se veut en effet un catalyseur de développement des zones oasiennes. Un rôle renforcé par les dispositions stratégiques du Plan Maroc Vert qui depuis 2010 a doté ce secteur d’une feuille de route ambitieuse. Portant sur un investissement de 7,7 milliards de dirhams, le contrat programme de la filière poursuit six objectifs et privilégie 4 axes. 

Il s’agit du développement des capacités de production de souches et de vitroplants, de la production et la qualité en préservant les ressources des palmeraies et d’une valorisation pérenne ainsi que l’amélioration des conditions encadrant la filière. Sept ans après la signature du contrat programme phoenicicole, les indicateurs de la filière se sont inscrits en perpétuelle amélioration aussi bien en termes de production que de processus. Le secteur a connu une avancée constante à la fois en amont et en aval. Le Maroc a réussi à renforcer son positionnement à l’échelle régionale et internationale en tant que fort concurrent des pays producteurs de la région, en l’occurrence la Tunisie. Contrairement au pays voisin qui s’illustre à l’international par une variété dont la texture est souvent améliorée, le Maroc compte, quant à lui, 14 variétés très prisées par le consommateur étranger. On citera dans ce sens le Majhoul et Boufeggous sans oublier les variétés locales qui ne manquent pas de saveur aussi. Les productions sont en constante croissance. La filière s’approche à pas sûrs des objectifs fixés à l’horizon 2020. Zoom sur les principales réalisations :

Production de souches et de vitroplants

• 265.730 souches durant la période 2010- 2017 (64% de l’objectif), soit une capacité annuelle de production de souches bourgeonnantes au niveau de l’Institut national de la recherche agricole (INRA), de 60.000 unités contre 10.000 unités.

• Les capacités de production de vitroplants ont été augmentées sur 8 laboratoires privés atteignant annuellement plus de 600.000 vitroplants, soit plus de 170% de l’objectif fixé.

Production et qualité

• 1,8 million de plants ont été plantés, soit un taux de réalisation de 60% par rapport à l’objectif 2020 de 3 millions de plants.

• Revêtement et réhabilitation des seguias sur 775 km linéaires, réhabilitation des khettaras (102 km) et création de 20 barrages de dérivation.

• 1,3 million de plants distribués dont 34% de rejets, soit 102% de l’objectif fixé à 2020 en termes de densification des palmeraies traditionnelles.

• Introduction de nouveaux outils pour la mécanisation de certaines opérations phoenicicoles tels que la pollinisation et le nettoyage et taille des arbres

• Attribution de quelque 470.000 vitroplants aux investisseurs pour développer les plantations phoenicicoles modernes

• Démarrage du programme de création de nouvelles exploitations phoenicicoles modernes avec le lancement d’un projet de 260 ha au profit de 53 jeunes ruraux.

Valorisation pérenne

• Lancement d’un programme de mise en place de 32 unités frigorifiques de stockage et de conditionnement des dattes d’une capacité totale de 5.575 tonnes dont 19 grandes unités de 100 à 400 tonnes et 13 petites unités de moins de 80 tonnes.

• Labellisation de sept variétés de dattes dont six IGP et un Label agricole.

• Appui et accompagnement des producteurs de dattes marocaines pour répondre à la demande locale au moyen de l’organisation de manifestations nationales et régionales pour la promotion de la commercialisation des produits dattiers labellisés.

• Promotion et réalisation de campagnes de communication et participation à des salons internationaux.

• Positionnement stratégique sur les marchés porteurs à l’exportation et opérations d’exportation de 416 tonnes de dattes vers le Canada, le Cap-Vert et le Liban.

Encadrement

• Création de 23 groupements d’intérêt économique (GIE), chacun couvrant de 1.000 à 5.000 hectares de palmeraie.

• Mise en place d’un système d’appui financier au développement du secteur phoenicicole ainsi que des directives stratégiques.

• Élaboration d’études et renforcement de la recherche & développement.

Structuration du marché des dattes

50% de la production mise sur le marché

30% destinée à l’autoconsommation

20%  affectée à l’alimentation du bétail

Superficie : 51.000 hectares de surface cultivée

Production : 111.000 tonnes de dattes par an (en moyenne)

Effectif : 6,6 millions pieds de palmiers dattiers

Consommation : 3,25 kg par habitant et par an

Marché du travail : 12.000 emplois

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *