Paris réduit ses pertes

La Bourse de Paris réduisait un peu ses pertes mercredi en milieu d’après-midi, après l’ouverture des marchés US et grâce à une statistique américaine meilleure que prévue, selon des sources de marché.
Après une ouverture en baisse de 0,11%, le CAC 40 perdait 1,66% à 3.673,83 points à 15H33 locales. L’indice du Nouveau marché chutait de 3,06% à 689,30 points. Le montant des échanges sur les valeurs bénéficiant du Service à règlement différé (SRD) était de 3,03 milliards d’euros.
Sur les marchés américains, peu après l’ouverture, le Dow Jones perdait 0,02% et l’indice composite Nasdaq, riche en valeurs technologiques, 0,81%. Les nouvelles demandes hebdomadaires d’allocations chômage aux Etats-Unis ont baissé de 11.000, à 382.000 au lieu des 388.000 attendus, sur la semaine achevée le 29 juin, soit la troisième baisse consécutive.
« C’est la cinquième semaine de suite que les demandes sont en dessous de 400.000. Le chiffre mensuel de juin, publié vendredi, pourrait faire appraître 80.000 à 100.000 créations d’emplois sur le mois », indiquait Adrien Pichoud, économiste chez Global Equities.
Sur les principales places européennes, la tendance était à la réduction des pertes, Londres cédant 1,69%, Francfort 1,13% et le DJ Euro Stoxx 50 0,98%.
A Paris, le titre le plus actif était Vivendi Universal, avec 471 millions d’euros échangés et une chute de 14,44% à 15,24 euros, enfonçant un nouveau plancher en raison d’informations de presse sur des engagements hors-bilan du groupe, qui aurait usé de pratiques financières « limite » lors du rachat du réseau d’USA Networks et de la vente d’actions Vinci.
Alcatel réduisait ses pertes d’un tiers, chutant de 13,59% à 5,83 euros, après avoir affirmé mercredi qu’il « est en position de satisfaire l’ensemble de ses obligations financières » et assuré que « ses lignes de crédit et les crédits fournisseurs en cours ne seraient pas affectés » par une éventuelle dégradation de ses notes par les agences de notation.
« Les clauses de remboursement immédiat existant précédemment ont été annulées il y a quelques mois lors de la renégociation de ces crédits avec les institutions financières », a indiqué Alcatel.
Pinault-Printemps-Redoute (PPR) perdait 9,91% à 104,50 euros, pris « dans les remous de l’affaire Vivendi Universal » et affecté par des rumeurs d’abaissement de la note du groupe de distribution.
Les autres valeurs technologiques baissaient dans le sillage de l’ouverture en recul des marchés américains. Cap Gemini Ernst and Young perdait 6,28% à 36,55 euros, Dassault Systèmes 2,89% à 42 euros et STMicroelectronics 2,58% à 23,02 euros.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *