PAT : le tourisme appliqué au Haut Atlas

PAT : le tourisme appliqué au Haut Atlas

Après les villes, c’est au tour des communes rurales de bénéficier du tourisme. Une convention de partenariat a été signée, vendredi dernier, à Azilal pour la réalisation des projets « Pays d’accueil touristique du Haut Atlas central» (PAT). C’est un partenariat qui réunit le ministère du Tourisme, le secrétariat d’Etat au Développement rural, le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la désertification pour ne citer que ceux-là. D’une durée de trois ans, la convention vise notamment à mettre en place un cadre de référence et de coordination entre les parties concernées pour mener les diverses démarches nécessaires à la réalisation et au  développement du projet PAT.Un projet dont le coût est estimé à 15.760.000DH. Cet accord de partenariat vise également à réaliser, au niveau de chaque PAT, des sous-projets liés à l’accueil, à l’hébergement, à l’animation, sans oublier les  actions d’accompagnement et de protection de l’environnement. De même qu’il prévoit des actions spécifiques telles que la réfection des voies de passage et  autres études au niveau des vallées des Aït Bouguemmaz, des Aït Bou-Woulli et  de Tassaout, ainsi que des sites des Cascades d’Ouzoud, du lac de  Bine-El-Ouidane, du pont naturel d’Imi N’ifri/Iwarden, de Zaouiet Ahenssal et  de Tamga. 
La répartition du financement se fera à hauteur de 9.609.000 DH pour le Conseil régional, 1.603.000 DH pour les Eaux et Forêts, 1.355.000 DH pour le secteur du Tourisme, 970.000 DH pour l’association Géopark Mgoun, 600.000 DH pour le Conseil provincial, 534.000 DH pour l’Agence de développement social et de 405.000 DHs pour le Développement rural.
Une commission comprenant des représentants des différentes parties assurera, sous la présidence du gouverneur d’Azilal, le suivi de la réalisation du projet avec l’aide d’un secrétariat dirigé par un coordinateur local du PAT. De même qu’elle se chargera, au terme du programme de la convention, de définir la deuxième phase du projet. Selon le ministre du Tourisme, Adil Douiri, « la réalisation de cette couverture touristique s’accompagne d’une approche intégrée entre tous les secteurs, partant de la conception et de la  programmation du produit jusqu’à sa commercialisation ».
De son côté, le secrétaire d’Etat au Développement rural, Mohamed Mohattane, a souligné le rôle vital que ce secteur peut jouer dans la création d’emplois et dans l’amélioration des conditions de vie des habitants, notamment à travers le développement de l’artisanat, l’ouverture de musées et de points de vente des produits touristiques, ainsi que la multiplication des moussems et des marchés qui permettent la commercialisation des produits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *