Pêcherie des algues marines : Le quota en hausse de 12% pour 2017

Pêcherie des algues marines : Le quota  en hausse de 12% pour 2017

La biomasse s’est significativement améliorée durant les sept dernières années

Le prix moyen pratiqué à l’export pour les algues brutes a connu une amélioration significative. Il est ainsi passé de 14 à 40 dirhams le kilogramme.

Des retombées positives pour le plan d’aménagement de la pêcherie des algues marines. Lancé en 2016, ce dispositif a contribué à l’amélioration significative de la biomasse. C’est ce que confirme le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. «La biomasse a augmenté au moment où la pêche informelle a significativement diminué. Ce plan a également permis une meilleure valorisation du produit sur les marchés national et international», relève-t-on du département ministériel qui observe au fil des 7 dernières années une tendance positive de la reconstitution de la ressource. L’augmentation de la biomasse s’est répercutée sur le quota accordé au titre de l’année 2017. Ce dernier a augmenté de 12%, soit nettement en hausse que le quota qui a été accordé l’année précédente. «Les algues marines en stock sont rigoureusement suivies par les délégations des pêches maritimes, et l’ensemble des espèces des algues marines exploitées est soumis à des quotas de pêche et d’exportation, ce qui n’est pas sans mieux valoriser ce produit sur les marchés», souligne le ministère.

De ce fait, le prix moyen pratiqué à l’export pour les algues brutes a connu une amélioration significative. Il est ainsi passé de 14 à 40 dirhams le kilogramme. Le prix de l’agar-agar, gélifiant alimentaire extrait d’algues rouges, s’est également apprécié. Le tarif se situe actuellement autour de 275 dirhams le kilogramme contre 192 dirhams auparavant. Le taux de valorisation des algues exportés s’est hissé pour sa part à 72% alors qu’il se situait autour de 55% avant le déploiement du Plan d’aménagement de la pêcherie des algues marines. 

Inscrit dans le cadre de la stratégie de développement du secteur halieutique, ce plan a été développé pour reconstituer le stock surexploité permettant ainsi une meilleure maîtrise du circuit de pêche et de commercialisation des algues marines. Cette feuille de route est venue ainsi organiser l’activité et préserver, par conséquent, les emplois formels et actuels. Depuis son lancement, le plan a contribué à baisser de manière significative de la pêche informelle. Il a par ailleurs permis d’assurer une meilleure traçabilité des produits pêchés ainsi qu’un suivi rigoureux de l’effort de pêche. Pour atteindre les objectifs du plan, le ministère de tutelle a mis en place une panoplie d’instruments d’accompagnement. Citons dans ce sens l’intégration d’un système de traçabilité des algues marines et de l’agar-agar le long des circuits de commercialisation depuis la production jusqu’à l’exportation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *