Perte de 350 milliards de dollars pour des fonds du Golfe

Quatre fonds souverains du Golfe ont perdu environ 350 milliards de dollars en raison de la crise financière, selon un rapport d’un organisme des Nations unies, obtenu lundi. Les avoirs des fonds d’Arabie saoudite, du Koweït, du Qatar et d’Abou Dhabi n’ont toutefois pas beaucoup baissé en raison de l’injections de revenus pétroliers, selon le rapport de la Conférence de l’ONU pour le commerce et le développement (UNCTAD). De 1.165 milliards de dollars fin 2007, ces avoirs sont passés à 1.115 milliards USD fin 2008 après des injections de 300 milliards USD. L’Abu Dhabi Investment Authority (Adia) a le plus souffert perdant environ 183 milliards USD des 453 milliards USD qu’il détenait en 2007. Mais 57 milliards USD y ont été injectés en 2008, ce qui lui permettait de détenir 329 milliards USD en 2008. Le Kuwait Investment Authority (KIA) a perdu quant à lui 94 milliards USD de ses 262 milliards USD et reçu des apports de 59 milliards USD. Son portefeuille s’est établi à 228 milliards USD en 2008. Le Qatar Investment Authority (QIA) a renforcé ses avoirs de 1 milliards USD à 66 milliards USD avec des injections de 28 milliards USD contre des pertes de 27 milliards USD. Les avoirs saoudiens, gérés par la Saudi Arabian Monetary Agency (Sama), ont reçu 162 milliards USD, ce qui a porté leur volume à 501 milliards USD. Ce montant atteignait 385 milliards USD fin 2007 dont 46 milliards se sont envolés en 2008. Les fonds du Golfe ne communiquent pas sur leurs avoirs ou leurs pertes.
Selon le rapport, ces fonds sont devenus plus agressifs ces dernières années, prenant des risques et entrant dans des secteurs stratégiques de l’économie mondiale, après avoir été plus prudents. «L’écroulement de l’immobilier et de marchés financiers a provoqué de lourdes pertes pour les fonds souverains, mais a aussi créé des opportunités d’investissement», souligne le rapport. Résultat, ces fonds ont renoué avec la prudence et ont tendance à se tourner vers les marchés locaux, relève ce document. Les quatre pays du Golfe produisent, réunis, plus de 13 millions de barils de pétrole par jour, soit un peu moins que la moitié de production de l’Opep.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *