Pétrole : Boutaleb prend acte

Pétrole : Boutaleb prend acte

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Boutaleb, a écouté d’une oreille attentive les doléances des membres du Groupement des pétroliers marocains. Mais la rencontre, tenue dans la matinée  du  mercredi  5 juillet, n’a donné lieu à aucune solution miracle.
Côté GPM, l’on précise qu’il s’agissait plutôt d’une prise de contact. «Le ministre a promis de faire le nécessaire auprès des différents partenaires, le ministère des Finances et le Trésor notamment», précise un membre du Groupement. L’Etat accuse un retard de 4,7 milliards vis-à-vis des pétroliers. «Tout le monde souffre de la situation et des frais financiers qui en résultent, mais ce sont les petites structures qui en sont les plus affectées ». Pour l’heure, si l’optimisme est de mise, aucun calendrier de rencontres n’a été fixé.
En attendant, les importations marocaines en pétrole brut affichent une hausse de 20% par rapport au niveau enregistré une année auparavant, a indiqué mardi l’Office des Changes du Maroc. La facture a atteint quelque 9,5 milliards de dirhams (environ 1 milliard de dollars) durant cette période de l’année. Du fait de cette inflation, beaucoup d’opérateurs jugent que leur situation sera intenable d’ici la fin juillet si rien n’est fait.
Cette croissance de la facture pétrolière s’explique essentiellement par le renchérissement des cours du pétrole sur le marché international.  Le volume importé a affiché, durant la période janvier-mai 2006, une baisse de 16,2% pour se situer autour de 2,32 millions de tonnes. Le prix moyen de la tonne importée a augmenté de 43,1%, passant de 2 864 DH/t à 4 098 DH/t, entre les deux périodes sous revue. Pour le seul mois de mai dernier, les achats de pétrole brut ont enregistré une hausse de 62,3% en valeur et de 12,2% en volume.
Le cours moyen à l’importation a atteint 4 312 DH/t au lieu de 2 982 DH/t, selon l’Office des Changes. 
Notons qu’au même moment où se tenait cette rencontre, à New York, le baril se négociait à 74 dollars, vraisemblablement à cause des tirs de missile nord coréens. Cette poursuite de la flambée du brut n’était pas prévue des analystes, nombreux à croire qu’à l’approche de l’été, les consommations vont baisser et, par conséquent, les prix vont regagner leur niveau normal.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *