Pétrole : excellents résultats annuels

L’association des consommateurs UFC-Que Choisir a demandé à nouveau mardi l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les profits des compagnies pétrolières, à la veille de l’annonce par Total de ses résultats annuels, qui devraient dépasser les 12 milliards d’euros.
L’UFC propose une taxe "d’un milliard d’euros par an pendant cinq ans" sur les profits pétroliers déclarés en France. Cette taxe, demandée à plusieurs reprises par l’association, "contribuerait au financement d’un plan Marshall pétrole", pour "aider les consommateurs à diminuer leur dépendance au pétrole". Ce plan «permettrait d’investir de 10 à 25 milliards d’euros sur 10 ans pour quatre axes prioritaires», explique l’UFC: "l’offre de transport collectif de proximité, l’aide à l’acquisition de moteurs économes, la relance du fret ferroviaire et la recherche-développement dans les énergies alternatives". La taxe demandée «devrait représenter chaque année un prélèvement de moins de 10% sur les profits mondiaux de Total" et "aura pour seule conséquence la diminution d’un tiers de ses rachats d’actions», fait valoir l’UFC. L’association reproche à Total et au ministre de l’Economie Thierry Breton d’avoir "menti" en avançant que la France ne représentait que 5% des profits de Total pour «réfuter l’opportunité d’une taxe exceptionnelle sur les profits pétroliers», demandée par l’association depuis décembre 2005. Pour aboutir au chiffre de 5%, «Total n’a pris en compte que les activités qui sont physiquement localisées en France, telles que le raffinage et la distribution», selon l’association de défense des consommateurs. «Les profits de l’amont, soit l’exploration-production, situées à l’étranger, sont intégralement exclus du calcul, alors même que le consommateur français qui achète du carburant ou du fioul provenant d’une production amont de Total paye évidemment dans sa facture le coût de revient et les profits que le groupe réalise sur cet amont», s’indigne l’UFC. «Total ne peut donc plus contester la cohérence de cette taxe exceptionnelle", estime-t-elle, ajoutant que "la nécessité de cette taxe ne fait que s’accroître" alors que "les consommateurs font face à une explosion de leur facture pétrolière».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *