Plan Azur : De nouvelles ouvertures pour les stations touristiques

Plan Azur : De nouvelles ouvertures pour les stations touristiques

Les stations touristiques nationales accusent du retard dans leur réalisation. Le constat n’est pas nouveau mais les professionnels du secteur se veulent rassurants. «Le bilan des réalisations 2011 porte les solutions idoines aux obstacles qui se dressent face à la finalisation des différentes stations touristiques qui s’inscrivent dans le cadre du Plan Azur, et dresse de nouvelles bases pour le développement du tourisme national», souligne Imad Barrakad, directeur général et membre du directoire de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT). En effet, le bilan établi par la SMIT et détaillé pour ALM par M. Barrakad, est riche en perspectives. «Toutes les difficultés de finalisation que rencontrent les stations touristiques du Plan Azur ont été dépassées par un plan de restructuration de ces stations avec des révisions de principe. Ainsi, ce plan de restructuration comprend, en premier lieu, l’intégration de nouveaux investisseurs afin de partager les risques. En effet, il demeure difficile de trouver un investisseur national ou étranger capable à lui seul d’investir les 10 milliards de dirhams nécessaires pour la réalisation d’une station touristique», explique M. Barrakad. Et de poursuivre: «dans ce sens, je vous citerai en exemple le protocole d’accord signé entre la société CDG Développement, la SMIT et la Société d’aménagement de Saidia (SAS). Cet accord a donné lieu à la création d’une société projet, avec un démarrage des travaux de développement des unités hôtelières courant l’année 2012». «Le deuxième axe du plan de restructuration comprend l’amélioration du monitoring des stations balnéaires qui désormais se gèrent toutes seules bien que dépendantes de l’État. Et enfin, le dernier axe vise le développement des stations en one shoot. C’est-à-dire que les investisseurs s’engagent à développer le projet en totalité ce qui réduit les risques de retards sur les chantiers», résume le directeur général de la SMIT. S’agissant des stations nationales prévues dans le cadre du Plan Biladi, M. Barrakad s’est voulu moins concis. «Une dizaine de stations sont prévues dans ce Plan baptisé Club Biladi localisées dans des régions fortement prisées par les touristes nationaux et assorties de produits et de prix répondant à leurs attentes. Un plan national pour l’hôtellerie de plein air est également prévu dans le cadre du programme Tourisme Interne – Biladi. Il s’agira d’améliorer la qualité de l’offre actuelle à travers une opération de diversification de l’offre d’hébergement en créant de nouvelles stations tout en proposant des équipements d’animations et de loisirs à l’image des COS tant prisés par les estivants y ayant accès», précise M. Barrakad. S’agissant de la commercialisation de ces différentes stations balnéaires, les affaires vont bon train. «Dès qu’une station est prête commercialement, nous nous chargeons de la promouvoir tant au niveau national qu’international. Dans ce sens, chaque station dispose d’un plan d’action pour sa commercialisation comprenant des campagnes de communication avec des tour-opérateurs ou grand public, ainsi que des rencontres en B to B dans le cadre de Road Show, de salons internationaux ou de contrats marketing», précise à ALM Hamid Addou, directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Et de poursuivre : «Je vous citerais en exemple notre contribution dans les arrivées enregistrées à la station Saïdia. En effet, l’ONMT a permis l’arrivée de 50.000 touristes en 2011 grâce à des contrats de partenariat avec des tour-opérateurs espagnols, italiens, tchèques et slovènes. Aussi, nous venons d’en signer des nouveaux pour 2012 avec des tour-opérateurs polonais et russes, pour ne citer que l’exemple de Saïdia».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *