Plan d’accélération industrielle 2014-2020: Mamoun Bouhadhoud schématise

Plan d’accélération industrielle 2014-2020: Mamoun Bouhadhoud schématise

Le tout récent Plan d’accélération industrielle 2014-2020 est toujours sujet à débat. Et c’est, à ce titre, que Mamoun Bouhadhoud, ministre délégué auprès du ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, chargé des petites entreprises et de l’intégration du secteur informel, a présenté les grandes lignes du Plan d’accélération industrielle, en présence d’un panel des chefs d’entreprises et investisseurs nationaux et internationaux.

En effet, une rencontre d’information a été organisée, en ce sens, mardi 11 novembre à Casablanca, par la Chambre de commerce britannique au Maroc, sous le thème «Le Maroc, une base industrielle compétitive : quelle stratégie pour placer les métiers du Maroc à l’échelle internationale?».

À l’occasion, M. Bouhadhoud a indiqué que le Plan d’accélération industrielle prévoit la création d’un fonds de développement industriel et vise à garder le cap des Métiers mondiaux du Maroc (MMM) en intégrant les autres filières du tissu industriel national.

Aussi, ce Plan national d’accélération industrielle, a-t-il rappelé, relève au Pacte national pour l’émergence industrielle (PNEI) lancé en 2009 afin de capitaliser sur les réalisations et les acquis accomplis, à savoir l’aéronautique, l’automobile ou l’offshoring. Il a, en outre, fait observer que ce plan s’appuiera sur dix mesures clefs, à savoir la création d’une nouvelle dynamique et d’une nouvelle relation entre grands groupes, entreprises locomotives et PME, le renforcement de la place de l’industrie en tant que pourvoyeur d’emploi majeur, notamment pour les jeunes, et l’optimisation des retombées sociales et économiques de la commande publique via la compensation industrielle.

Par ailleurs, après avoir évoqué certains atouts du Maroc, dont des infrastructures compétitives (routes, autoroutes, aéroports et ports) et des indicateurs macroéconomiques stables et solides, le ministre a rappelé les principaux défis de cette stratégie lancée en avril dernier, à savoir l’accroissement de la part d’absorption par l’industrie de nouveaux actifs, l’augmentation du ratio de l’industrie dans le PIB, l’amélioration de la capacité d’export et de l’attractivité au niveau des investissements directs étrangers (IDE).

Il s’agit ainsi de créer 500.000 emplois et de porter la part de l’industrie de 14 à 23% du PIB à l’horizon 2020, a-t-il expliqué, mettant l’accent sur la nécessité d’agir sur la compétitivité pour améliorer la productivité du tissu industriel marocain à travers notamment l’innovation. Pour lui, le nouveau plan s’emploiera à accompagner la transition de l’informel vers le formel avec la mise en place d’un dispositif complet d’intégration de la TPE, à répondre à l’enjeu essentiel d’adéquation des compétences avec les besoins des entreprises, la création d’un Fonds d’investissement industriel public (FDI), qui sera doté d’une enveloppe de 20 milliards de dirhams d’ici 2020, et la mise en place de parcs industriels en location qui seront plus accessibles.

Dans le même sillage, M. Bouhadhoud a souligné que ce plan prévoit également un suivi des accords de libre-échange (ALE) en cours de négociations, et une surveillance sans relâche du respect des dispositions des ALE existants, l’instauration d’une culture de Deal Making dans la poursuite des IDE (investissements directs étrangers) et l’amplification de la vocation africaine du Royaume.

La concrétisation de l’ensemble de ces mesures permettra la création, à l’horizon 2020, d’un demi-million d’emplois, pour moitié provenant des IDE, et pour moitié provenant du tissu industriel national rénové, ainsi que l’accroissement de la part industrielle dans le PIB de 9 points, passant de 14% à 23% en 2020.
 

Avec MAP

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *