Plan de vol réussi pour Atlas Blue

Plan de vol réussi pour Atlas Blue

Les choses se précisent pour Atlas Blue. Lors de la présentation du plan de développement de la nouvelle compagnie, le jeudi 23 septembre, Zouheir El Aoufir est allé droit dans les chiffres. Devant un parterre de professionnels et d’opérateurs appartenant à divers secteurs, l’ancien directeur d’Air Senegal International a présenté une courbe de croissance jusqu’en 2012. La mission de la nouvelle compagnie est d’opérer de et vers la province marocaine vers les sources du tourisme avec une compétitivité conforme aux meilleures pratiques internationales. Atlas Blue offrira donc un produit compétitif du point de vue de la qualité et du prix, en respect des meilleures normes de la sécurité en vigueur dans le transport aérien.
Les prix pratiqués au départ seront de 20% moins chers que ceux de la RAM. Mais, avertit, M. El Aoufer, ce n’est qu’un début. Avec le temps, les prix devront encore baisser. Les passagers qui emprunteront Atlas Blue devront s’attendre à des prestations réduites, à l’instar de ce que pratiquent les différentes compagnies low-cost en Europe. Pour la pérennité de son programme, Atlas Blue devra dès son départ s’attaquer aux problèmes de coûts.La compagnie assurera 30% des nouvelles fréquences ouvertes chaque année sur la destination Maroc et 40% des lignes pionnières.
Dès l’année prochaine, Atlas Blue fêtera son premier million de passagers transportés, annonce M. El Aoufir, qui compte doubler ce chiffre en trois ans. Ce qui en soi est un exploit. Atlas Blue compte démarrer avec un nombre de six appareils de la RAM, qui sera porté à sept dès 2005 avec la première acquisition propre. A une cadence d’un appareil par an, Atlas Blue arrivera à une flotte de 24 appareils en 2012, année où le nombre prévisionnel de passagers transportés atteindra 4, 5millions. Par rapport à la RAM, Atlas Blue se positionne dans le produit simple monoclasse à bas prix avec comme point de base la province et une distribution en directe.
La nouvelle compagnie ne sera à proprement parler ni un charter, ni un low-cost, encore moins un light cost. Le modèle hybride combinant les avantages de différents types de transport est retenu.
Dans un premier temps, le charter représentera les deux tiers de l’activité. Cette activité comporte moins de risques, Atlas Blue l’assurant déjà avec succès avec le TO Etapes Nouvelles (premier client de la RAM), à raison d’un avion par jour. Dans les rangs, l’on signale d’autres tour-opérateurs prêts à travailler avec la RAM. Entre-autres, Fram, Club Med, Maroc Contact, Gestair et Thomas Cook.
Prochaine étape, convaincre les grands TO de sortir des sentiers battus et des pistes déjà balisées entre la France et le Maroc, pour aller prospecter en Scandinavie et dans des pays où le taux de pénétration des produits marocains est assez modeste.
«D’ailleurs, rappelle un professionnel, en marge de cette réunion, c’est là l’objectif de toute politique de transport aérien et de la création d’Atlas Blue, laquelle doit être complémentaire à la RAM et proposer des nouveautés ».
A la longue, avec le développement des vols point à point, et la nécessité de mettre en place de nouvelles lignes reliant de manière régulière les destinations touristiques marocaines de certaines villes des pays émetteurs, le low-cost prendra de l’ascendant. Vis-à-vis de la France, d’abord en tant que marché émetteur, mais aussi avec les autres grands pôles touristiques. L’Angleterre, la Suisse, l’Italie et la Belgique sont inscrites dans les priorités. L’objectif est d’arriver à l’horizon 2009 à un vol quotidien reliant les villes cibles aux destinations marocaines.
S’agissant de la commercialisation, les solides structures de la RAM seront utilisées par Atlas Blue. La commercialisation sera mixte entre les deux compagnies sur la saison hiver 2004-2005. Sur le plan de la communication, une campagne nationale et internationale débute fin septembre 2004.
Mais, en tant que low-cost, ce seront les outils modernes de l’Internet, des call centers qui devront prendre le relais par la suite. Les réceptifs marocains ne seront pas du reste, Atlas Blue leur réservant un accès à son réseau. Reste à savoir sur quelles bases se feront les accords entre agences et Atlas Blue. C’est là tout l’enjeu d’Atlas Blue qui, normalement, devra pouvoir être affrétée par les opérateurs marocains. D’ici le 31 octobre, date de démarrage officiel de la compagnie, l’on devra en savoir un peu plus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *