Plan solaire : L’AFD accorde un prêt de 100 millions d’euros au Maroc

Plan solaire : L’AFD accorde un prêt de 100 millions d’euros au  Maroc

L’Agence française de développement (AFD) appuie la mise en œuvre du Plan solaire marocain et la construction de la centrale solaire de Ouarzazate. En effet, décidé, lors de son conseil d’administration tenu jeudi 7 juillet à Paris, cet appui de l’AFD au Plan solaire marocain représente un financement de 100,3 millions d’euros. Il s’agit, ainsi, d’un prêt de 100 millions d’euros et d’une subvention de 300.000 euros, qui ont été approuvés en faveur de l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), chargée de mettre en œuvre le Plan solaire. L’Agence française de développement a souligné à cette occasion l’importance du Plan solaire marocain lancé en 2009 avec l’objectif de développer une capacité de production d’électricité à base d’énergie solaire de 2.000 MW minimum d’ici 2020. Si le Maroc dépend à 97% de l’extérieur pour son approvisionnement en énergie, «ce qui grève lourdement sa balance commerciale et son budget», il est doté d’«une ressource solaire qui est parmi les plus abondantes de la planète et ses zones désertiques sont particulièrement propices aux centrales solaires à concentration, solution d’avenir pour produire de l’électricité renouvelable», relève l’agence. L’électricité verte produite, dans le cadre du Plan solaire marocain, sera orientée prioritairement vers le marché local et, pour partie, exportée vers l’Europe. Le Programme de Ouarzazate sera développé en plusieurs phases, la première comportant une centrale cylindro-parabolique, d’une capacité comprise entre 125 MW et 160 MW, avec un système de stockage thermique de trois. L’économie de combustible pour le Maroc est estimée à 38,5 millions de dollars par an et la première phase d’une centrale de 150 MW évitera l’émission de 270.000 tonnes de CO2 par an. Par ailleurs, le coût estimé du Plan solaire à son lancement était de 70 milliards de dirhams. Cet ambitieux projet s’intègre dans le cadre des grands projets décidés conformément aux Hautes directives royales concernant la mobilisation des ressources nationales en énergie renouvelable et la préservation de l’environnement. Ainsi, depuis le lancement de ce projet en novembre 2009 par Sa Majesté le Roi, sa principale finalité a été de propulser le Maroc à devenir un acteur de référence dans le solaire pour plusieurs raisons. D’abord, la contribution du solaire à la satisfaction de la demande croissante en énergie induite par le développement économique et social. Ensuite, la mobilisation de son important potentiel en énergies renouvelables et notamment solaire avec une moyenne d’ensoleillement de plus de 3.000 heures/an et une irradiation d’environ 5 KWh/m2 par jour. Et enfin, la situation géographique privilégiée qui en fait un carrefour dans les échanges électriques du pourtour méditerranéen. Outre la production électrique, ce projet inclut la formation, l’expertise technique, la recherche-développement, la promotion d’une industrie solaire intégrée et potentiellement le dessalement de l’eau de mer. Un projet d’envergure, qui se construit autour de partenariats publics-privés ciblés, équilibrés avec des acteurs de référence.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *