Politique migratoire : L’heure est à l’action

Politique migratoire : L’heure est à l’action

Entretien avec El Habib Nadir, co-président du Forum mondial sur la migration

ALM : Le Maroc et  l’Allemagne ont été choisis pour co-présider le Forum mondial sur la migration et le développement. Quel bilan faites-vous de ce mandat ?

El Habib Nadir : Ces deux années se sont passées dans une parfaite entente et symbiose entre les deux pays qui co-président. C’était une idée géniale d’avoir un pays du Nord et un pays du Sud qui travaillent sur une même question qui est la migration, laquelle est aujourd’hui objet de controverse entre les pays d’origine et de transit. Nous avons la chance d’avoir eu cette coprésidence avec un pays qui, tout comme le Maroc, adopte des politiques migratoires ouvertes et accueillantes vis-à-vis des migrants.

Les deux pays ont défini  un bon nombre de priorités. Quelles sont  les urgences sur lesquelles vous avez travaillé durant ces deux années ?

Cette 11ème édition est placée sous le thème «Honorer les engagements internationaux pour libérer le potentiel de tous les migrants pour le développement». Nous voulons attirer l’attention sur le fait qu’il est temps, aujourd’hui, de passer à l’action. Il est utile de souligner que la communauté internationale a adopté  un agenda 2030 qui comprend un certain nombre d’objectifs de développement liés à la migration. Nous avons, également, l’accord de Paris qui a mis en place une panoplie d’objectifs liés à la mobilité humaine due au changement climatique. Nous allons avoir aussi, dans quelques jours l’adoption d’un pacte mondial sur la migration et le développement. Donc, tout le monde a maintenant adopté des cadres internationaux qui comprennent des objectifs. Il est question de les mettre en œuvre et de les concrétiser chacun dans le périmètre de ses responsabilités qu’il s’agisse de gouvernement, de secteur privé, d’organisation internationale ou autres.

Comment le forum a-t-il contribué au dialogue mondial sur la migration ?

Le forum a toujours été réactif à l’actualité sur la migration. Cette coprésidence a coïncidé avec un processus de mise en place et de préparation d’un pacte mondial sur la migration. Le forum s’est adapté à ce contexte. La première année, à savoir en 2017, nous avons travaillé sur la contribution du forum au pacte mondial. Ainsi, nous avons soumis un rapport qui comprend un certain nombre d’idées et de recommandations dont la plupart ont été retenues dans le Pacte mondial. Et à partir de 2018, nous avons déjà commencé à réfléchir à la nécessité de concrétiser et d’implémenter ce pacte. Nous avons mené beaucoup d’ateliers pour zoomer sur des thématiques particulières tels les enfants, le travail et la migration  ainsi que la migration dans le développement durable. La finalité étant d’échanger sur les bonnes pratiques et les actions concrètes à mettre en place si on en veut arriver à cette gouvernance mondiale de la migration.

Le Maroc et l’Allemagne sont connus par l’exemplarité de leur politique migratoire. Quels enseignements avez-vous tirés de l’expérience allemande et vice versa ?

L’Allemagne a été, sous la conduite de sa chancelière Angela Merkel qui sera d’ailleurs présente à partir de lundi pour l’adoption du Pacte à Marrakech, l’un des pays européens qui a pris des décisions courageuses envers les migrants. Il en est de même pour le Maroc  qui a œuvré  à ce qu’il soit cité comme exemple de bonnes pratiques dans la région en termes de politique migratoire. C’est sûr que dans le cadre de ce forum il y a un échange entre tous les participants et les parties prenantes sur les bonnes pratiques et que chacun s’intéresse à des aspects qu’il essaie de traduire dans son pays ou dans la région qu’il représente.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *