octobre 21, 2018

 

Pollutec Maroc : Dix ans d’engagement en faveur du développement durable

Près de 150 éco-entreprises issues de 18 pays ont répondu présent à cette manifestation. Une occasion pour elles de présenter leurs derniers équipements, technologies et services aux milliers des visiteurs professionnels.

Pollutec Maroc, salon dédié aux professionnels de l’environnement, souffle sa 10ème bougie. Pour célébrer la fin de cette première décennie, les organisateurs ont choisi de s’attarder, pour cette nouvelle édition, sur l’accompagnement de la ville durable et l’innovation en Afrique. L’événement, dont les travaux ont pris fin vendredi 5 octobre à Casablanca, est resté fidèle à sa vocation initiale, à savoir le soutien de la démarche volontariste du Maroc en matière d’environnement et de développement durable.

«L’organisation de ce salon international est en phase avec la stratégie de développement durable du Royaume qui vise à concilier entre environnement économie et aspect social ainsi qu’à promouvoir les activités respectueuses de l’environnement», apprend-on du chef de gouvernement Saad Eddine El Othmani en marge de sa visite au Salon. Pour Nezha El Ouafi, secrétéaire d’Etat chargée du développement durable, «Pollutec constitue un bon indicateur de développement du marché de l’environnement et du développement durable du Maroc». Se référant aux organisateurs, l’édition 2018 de Pollutec Maroc propose une batterie de solutions innovantes sur fond d’échanges scientifiques sur des problématiques d’actualité. «Cette édition se veut plus efficace et plus en phase avec les attentes et besoins des éco-acteurs, qu’ils soient publics ou privés, industriels ou institutionnels, du Maroc et d’ailleurs», expliquent-ils. Au total, près de 150 éco-entreprises issues de 18 pays ont répondu présent à cette manifestation.

Une occasion pour elles de présenter leurs derniers équipements, technologies et services aux milliers des visiteurs professionnels. Pollutec est avant tout un important carrefour d’échange entre les professionnels du Maroc et d’ailleurs. Les débats cette année se sont articulés autour de l’innovation. Pour ce faire, les organisateurs ont créé trois nouvelles zones d’animation. Citons à cet effet l’Espace Pitch, l’espace de rencontre B2B mis en place par l’AMDIE et l’espace Start-up soutenu par Casa-Animation donnant ainsi une place prépondérante à la ville durable. Les participants ont à cet effet discuté des enjeux et solutions pour le développement des villes durables au Maroc.

Le but étant de rechercher et mettre en œuvre des actions concrètes pour lever les problématiques, notamment celles liées aux modes de vie urbains. Ainsi, l’espace «Ville durable» implanté au sein de Pollutec était dédié aux institutionnels. Citons à cet effet le ministère de l’énergie, des mines et du développement durable, la Ville de Casablanca, la Ville de Kénitra. A ces institutionnels s’ajoutent également des éco-entreprises écoresponsables, en l’occurrence Derichebourg Maroc, Groupe Renault, Al Omrane, Hyundai et autres. Pollutec Maroc a proposé, comme à l’accoutumée, un large programme de conférences ciblées.

Les participants ont échangé sur des problématiques diverses, notamment les enjeux et solutions pour bâtir la ville de demain. Notons que le salon connaît d’année en année une forte adhésion des acteurs environnementaux nationaux. Tel est le cas pour la Direction générale des collectivités locales (DGCL). Ce département a organisé au sein de Pollutec le forum «ville durable» axé sur la mise en œuvre de la ville durable dans les secteurs des déchets, de l’eau, de l’air, de l’énergie et de la mobilité urbaine.  Le Salon a par ailleurs abrité la 7ème édition du symposium «territoires durables» sous l’égide du secrétariat d’Etat chargé du développement durable et l’Association pour le développement durable, l’écologie et la préservation de l’environnement (ADEPE). Ce forum a permis d’établir un état des lieux de l’opérationnalisation de la Stratégie nationale du développement durable  au niveau territorial ainsi que de mettre en lumière le rôle des collectivités locales dans sa mise en œuvre. La finance verte a également été au cœur de l’événement. Il s’agit de l’une des nouveautés de cette édition. Des conférences ont eu lieu autour de cette thématique impliquant un large panel d’acteurs de la finance verte pour mettre en exergue leur engagement en faveur de la durabilité et du réchauffement climatique.

Les représentants du secteur financier ont dans ce sens exposé les solutions apportées pour accompagner les projets verts.

Le Sénégal, invité d’honneur

Pollutec Maroc rencontre également un important engouement africain. Les organisateurs ont mis à l’honneur cette année le Sénégal. Un pays qui accorde un intérêt particulier aux questions environnementales. Pollutec a consacré à l’Afrique tout un espace permettant aux professionnels d’échanger leurs expériences et de stimuler les partenariats entre les différents acteurs concernés par les enjeux environnementaux du continent. Cet intérêt découle du fait que les défis en matière d’environnement sont partagés par l’ensemble des pays africains. Le défi de la durabilité ne peut en effet être relevé qu’à travers une solidarité régionale incarnée par une coopération sud-sud fructueuse. Cette coopération représente un pilier majeur et essentiel de l’intégration économique dans la mesure où elle constitue un levier de croissance pouvant offrir de réelles perspectives de développement continental.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *