Pollution par les navires : Les accords signés demeurent «insuffisants»

Le Maroc a ratifié, depuis 1969, de nombreux accords internationaux de prévention de la pollution par les navires, portant notamment sur l’intervention en haute mer en cas de pollution par les hydrocarboniques, la lutte contre la pollution pétrolière, le fonds d’indemnisation pour les dégâts de pollution et l’immersion des déchets, indique le ministère de l’équipement et du Transport.
Dans un communiqué publié à la suite de la Journée mondiale de la mer (27 septembre), la direction de la Marine marchande au ministère estime que ces accords demeurent "insuffisants" pour la prévention de la pollution marine et ne peuvent produire l’effet escompté que si leurs dispositions sont intégrées dans l’arsenal juridique national. Les services du ministère «oeuvrent, actuellement, à l’élaboration de projets de textes juridiques relatifs à la sécurité, la sûreté des navires et à la protection des zones maritimes», précise le communiqué dont copie est parvenue mardi à la MAP. Ces dispositions concernent la répression des actes de rejet des déchets en mer et la surveillance de la marine marchande et des lieux d’accostage, a poursuivi le communiqué. La direction de la Marine marchande «prendra les mesures nécessaires pour la mise en service à Tanger d’un Centre de surveillance de la navigation dans le détroit de Gibraltar», voie qu’empruntent annuellement quelque 90 mille navires. S’agissant de l’élément humain, la direction de la marine marchande a organisé des sessions de formation au profit des inspecteurs de la marine marchande «dans le but de développer leurs compétences en matière d’inspection des navires nationaux et étrangers en accostage dans les ports commerciaux», a-t-on ajouté de même source.
Le même service procède à la mise en oeuvre d’un "projet de jumelage en matière de sécurité et de sûreté maritimes" pour rapprocher la législation marocaine des normes européennes. Conformément à une recommandation de l’Organisation maritime internationale (OMI), les Etats côtiers célèbrent, le 27 septembre de chaque année, la Journée mondiale de la mer "afin d’évaluer les réalisations" au niveau des activités humaines en mer.
La Journée mondiale de la mer est célébrée, cette année, sous le thème "réponse de l’Organisation maritime internationale aux défis environnementaux actuels". Cette année, l’accent a été mis sur les défis environnementaux actuels en raison de la dangerosité de la détérioration de l’environnement dans le monde, due à "l’évolution technologique intensive qui a induit un changement excessif de la morale et du comportement des individus".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *