Pour des routes plus accessibles

Pour des routes plus accessibles

Plus que de simples interventions dans des rencontres, cela ressemble presque à une tournée. Le ministre de l’Equipement et des Transports, M. Ghellab, a présidé une réunion vendredi dernier à Agadir, consacrée à la présentation du second «Programme National des Routes rurales» (PNRR II).
Un projet dont le principal objectif est l’élargissement de l’accès des populations rurales au réseau routier, et particulièrement dans les zones les plus isolées et les plus pauvres. Pour rappel, le premier programme routier national a lancé par le gouvernement marocain en 1995 se trouve actuellement dans ses dernières phases et permettra le désenclavement et l’accessibilité au réseau routier aux populations rurales. Car il faut savoir que seulement 44 % de cette population vivent actuellement à proximité de routes accessibles durant l’ensemble de l’année, dont une bonne partie reste impraticable pendant 30 à 60 jours par an, du fait des incommodités occasionnées par les conditions météorologiques. Le PNRR II, lui, prévoit l’augmentation de cette accessibilité à plus de 80 % à l’horizon 2015. Pour cela, 15.000 km de routes seront construites, avec une moyenne annuelle de 1.500 km. C’est là un programme ambitieux, nécessitant une enveloppe annuelle de 1 milliard de DH et qui sera financé conjointement par le Budget général (à hauteur de 400 millions de DH), le Fonds spécial routier (FSR), les emprunts de la Caisse de Financement routier (CFR) (500 millions de DH), ainsi que les collectivités locales à hauteur de 100 millions de DH.
A ce titre, il faut signaler que des conventions de partenariat ont été conclues avec les collectivités locales concernées, portant essentiellement sur leur participation à hauteur de 10 % du coût du projet, ainsi que la prise en charge de l’exploitation et la maintenance des routes réalisées. M. Ghellab a précisé que des réunions auront lieu au niveau de chaque province de la région pour arrêter les priorités en matière de projets à lancer dans le cadre du PNRR II. Ainsi, pour ce qui est de la région de Meknès-Tafilalet, le programme des réalisations prévoit la construction de 1.270 km de routes. Quant à la région du Souss-Massa-Drâa (qui constitue le second pôle économique du Royaume), elle bénéficiera d’environ 1.958 km de routes, ce qui fera passer le taux d’accessibilité de 62 % en 2005 à 95 % à l’horizon 2015. C’est ce qu’a relevé le directeur régional de l’Equipement, Brahim Baâmal, lors de son intervention.
S’agissant toujours de la même région, de nombreux projets y sont en cours de finalisation tels que la voie rapide Agadir-Taroudannt et le stade d’Agadir, tandis que d’autres seront bientôt lancés, tels que l’axe autoroutier Agadir-Marrakech, considéré comme stratégique pour l’économie régionale. C’est ce qu’a indiqué M. Ghellab qui a, par ailleurs, affirmé que les infrastructures de base, que sont les routes de désenclavement, jouent un rôle essentiel dans le développement socio-économique du monde rural. Car, en facilitant l’accessibilité de la population rurale au réseau routier, elle favorisent les échanges économiques dans ces zones et augmentent la valeur des ressources naturelles locales, d’où le renforcement de la solidarité nationale à travers la réduction des disparités régionales.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *