Pour la mise à niveau de l’Office

Pour la mise à niveau de l’Office

L’Office des foires et expositions de Casablanca est à l’heure de la restructuration. Vendredi 7 mars, l’OFEC a tenu son conseil d’administration sous la présidence du ministre du Commerce extérieur, Abdellatif Maâzouz. En tête du programme de cette réunion, figurait l’examen de la situation actuelle de l’office mais aussi les orientations et les perspectives voulues à ce lieu d’exposition.
Ainsi, est-il question de sortir l’Office de sa léthargie, souffrant qu’il est de déséquilibres financiers importants qui pèsent sur son développement mais qui impactent aussi ses relations avec les opérateurs économiques.
«L’Office souffre effectivement de situations chroniques. Néanmoins, le comité de direction est en train de se pencher sur les problèmes qui entourent
l’Office afin de prendre le repositionnement de l’OFEC en main. Il s’agit d’en faire un outil de promotion qui devra être géré de manière transparente», souligne Aziz Alami Gouraftei, le nouveau directeur général de l’OFEC.  Et d’ajouter que la priorité, maintenant, pour l’Office c’est d’«aller vers plus de salons professionnels plutôt que des salons commerciaux».
Selon M. Alami Gouraftei, les problèmes financiers de l’Office sont directement liés aux ressources humaines. Il déclare, en ce sens que «l’endettement chronique de l’Office est dû au fait que l’OFEC a un sureffectif, chronique également. La superficie de l’Office a été réduite. Il est actuellement à 3 hectares, alors que le personnel est très nombreux».
Surdimensionnement, sureffectif. Il n’en demeure pas moins que l’urgence s’impose à présent de régler les données sur une même onde. Pour remédier à la question du personnel en trop, «un plan social est en cours avec des options de départs volontaires», indique le directeur général de l’Office.
L’objectif étant d’ériger l’Office en outil de développement du produit national dans une conjoncture marquée par la compétitivité et la mondialisation.
Parallèlement, plusieurs études sont au menu pour redorer le blason de ce lieu stratégique de par son rôle de point de rencontre et d’échanges. « Une étude sur le repositionnement de l’Office est prévue par le CMPE. Aussi, il est question d’une vision régionale qui réfléchit sur nos expositions, notamment dans la région du Grand Casablanca ».
Mais, au-delà d’une restructuration financière et l’élaboration d’un plan marketing «plus sexy» de l’entité, les bâtiments doivent également faire l’objet d’une cure de jouvence. Conscient de cette nécessité, M. Alami Gouraftei souligne que « le bâtiment a quand même vieilli, il est d’ailleurs classé monument historique. Il faudra en faire un monument urbain ».
Questionné sur l’enveloppe qui sera allouée à cette opération, M. Alami Gouraftei a expliqué que « l’année 2008 sera réservée aux travaux d’urgence. En parallèle, une étude est menée pour identifier et budgétiser les besoins, et dont les résultats seront évalués lors du prochain conseil ».
Dans un communiqué publié par le ministère du Commerce extérieur, il est indiqué que les membres du conseil d’administration ont appelé à faire de l’année 2008 une étape de transition pour palier aux déséquilibres que connaît l’Office et instaurer la transparence et la bonne gouvernance tout en accordant la priorité aux questions locales.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *