Principal maillon de la chaîne de production et de distribution : La fonction logistique en débat

Principal maillon de la chaîne de production et de distribution : La fonction logistique en débat

Organisation de l’approvisionnement, gestion d’entreposage, pilotage des stocks, optimisation des schémas de distribution… tant de paramètres qui interviennent en amont et en aval  dans la pérennité du produit agricole marocain et sa distribution à l’échelle nationale et internationale.

Le SIAM est une occasion pour débattre des problématiques cruciales du secteur. Pour cette 13ème édition, le choix s’est porté sur un maillon important de la chaîne de production. Il s’agit de la logistique et son rôle dans la dynamisation du marché agricole, un enjeu majeur pour le développement des débouchés de l’agriculture marocaine à grande échelle . «Le Plan Maroc Vert a fait de l’approche chaîne de valeur un choix stratégique pour la mise à niveau et la modernisation des filières de production. Les chaînes de valeur sont des systèmes dynamiques animés par le marché, principal acteur du changement, qui peut assurer l’insertion compétitive du système productif», apprend-on du ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. Et de préciser que «le déploiement des chaînes de valeur et leur développement est impossible sans une logistique performante, assurant la bonne gestion des flux de produits et d’information, depuis l’achat des matières et composants jusqu’à l’utilisation du produit fini par le client».

En effet, la stratégie agricole accorde une place de choix à la fonction logistique.  Plusieurs infrastructures d’entreposage et logistique ont vu le jour assurant de meilleurs conditionnement et commercialisation aux produits issus des différentes filières. «La mise en œuvre des différents chantiers a été renforcée par le cadre réglementaire régissant la sécurité sanitaire des produits agricoles et agroalimentaires, à travers l’obligation des agréments et autorisations, l’étiquetage, les normes de commercialisation et de qualité, et à travers une politique commerciale soutenue», relève-t-on de la tutelle. Les circuits de conservation et de distribution mis en place visent l’optimisation du commerce agricole en sécurisant l’ensemble des maillons de la chaîne et en assurant la stabilisation des revenus et l’amélioration du niveau de vie du monde rural. Le développement de la compétitivité agricole garantirait un positionnement durable du produit agricole national dans le marché mondial où la sécurité sanitaire et la traçabilité des produits sont les premières exigences.

Une offre en développement continu

Le Maroc a  développé, lors de cette dernière décennie, son infrastructure logistique. Une stratégie a été mise sur les rails visant le renforcement de la compétitivité logistique du Maroc. Ce dispositif a porté sur le développement d’un réseau national intégré de zones logistiques à proximité des grands bassins de consommation et de zones de production, la modernisation et l’optimisation des chaînes logistiques, le développement des compétences à travers un plan national de formation dans les métiers de la logistique ainsi que la mise en place d’un cadre de gouvernance du secteur avec la création d’une agence dédiée à ce secteur. Des ambitions qui tendent à faciliter l’intégration des producteurs, tous secteurs confondus, au marché international. Sur le plan local , cette vision a permis le désenclavement de certaines régions diminuant ainsi les disparités spatiales. Cette vision a porté ses fruits dans la mesure où le Maroc dispose aujourd’hui de grandes plateformes logistiques. Au niveau portuaire, le Royaume dispose d’une vingtaine de ports dont près de la moitié est d’envergure internationale. Citons dans ce sens le port de Casablanca où encore Tanger Med qui depuis son démarrage en 2007 a dynamisé de façon considérable les échanges extérieurs du Maroc avec le reste du monde, assurant ainsi un processus d’exportation optimisé, tout en ouvrant la voie à de nouveaux corridors commerciaux. Le fret aérien du Maroc est également bien développé au niveau de l’ensemble des infrastructures aéroportuaires nationales. Au niveau interne, le réseau routier du Maroc est le plus long du Maghreb et le deuxième d’Afrique. On note dans ce sens 57.673 km de routes classées, dont 78,3% revêtues se répartissant en 1.770 km d’autoroutes, 10.203 km de routes nationales, 9.370 km de routes régionales, 23.745 km de routes provinciales, et 1.093 km des routes étant des voies express. Sans oublier  les avancées atteintes sur le plan ferroviaire où un important chantier est actuellement ouvert dotant le Maroc très prochainement de sa première ligne grande vitesse.

Le champion de la logistique s’invite au SIAM

Etant, par excellence, une plateforme d’échange et de partage d’expérience, le SIAM met cette année à l’honneur les Pays- Bas présentant ainsi un modèle qui répond parfaitement à la problématique de la logistique. «Les Pays-Bas se sont forgé le rôle de première plate-forme européenne, gérant les flux de produits agricoles et alimentaires internationaux et se positionnant comme le 2ème exportateur mondial de produits agro-alimentaires au monde», relève-t-on auprès des organisateurs du SIAM.

En effet, les Pays-Bas bénéficient d’un réseau logistique de premier plan et représentent l’une des places centrales du commerce européen et mondial pour les produits agricoles. Rotterdam est considérée comme étant la première place portuaire multimodale d’Europe et l’une des plus innovantes au monde. Les Pays Bas font partie également des principaux prestataires de fret maritime et aériens d’Europe. Le pays dispose d’un dense maillage ferroviaire et routier moderne et développé. Ces infrastructures permettent aux pays d’importer, de transformer, et de réexporter en un temps record tout en créant une forte valeur ajoutée agricole.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *