Prix de la volaille : Effet yo-yo

Prix de la volaille : Effet yo-yo

Les prix de la volaille auraient connu des variations contrastées durant le septième mois de l’année. Comparé à juillet 2014, le cours moyen poulet chair dans la région de Casablanca a reculé de 5%. La baisse a également touché le cours moyen pondéré de la dinde. Le repli évalué au septième mois de l’année est de 15% par rapport à juillet 2014. Cependant, les cours continuent de flamber d’un mois à l’autre.

Le poulet chair a vu son prix moyen augmenter de 14% comparé à juin dernier, tandis que celui de la dinde s’est inscrit en hausse de 8%. C’est ce que soulignent les professionnels dans leur note de conjoncture. Selon la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA), le poulet chair départ ferme a coûté en juillet 12,15 dirhams le kilo contre 10,63 dirhams en juin et 12,74 dirhams une année auparavant. Pour un prix de revient moyen de 14,90 dirhams, le kilo vif de la dinde a atteint à la ferme les 15,80 dirhams contre 14,58 dirhams un mois auparavant et 18,60 dirhams à fin juillet 2014.

Cependant , le cours moyen des œufs gros calibre a flambé non seulement sur le mois mais également en glissement annuel. La fédération dévoile, dans ce sens, des hausses de 8% par rapport au mois de juin. Sur l’année, ce cours a enregistré un accroissement de 31%. Le cours moyen des œufs gros calibre est passé, en une année, de 0,67 dirham l’unité à 0,88 dirham l’unité en juillet dernier. Le même mois a connu une production accrue de «poussins d’un jour», soit 9.170 milliers de poussins par semaine. Ce chiffre se traduit en une hausse de 22% par rapport à l’année dernière. Quant à la ventilation mensuelle, la production «poussins d’un jour» n’a grimpé que de 2%.

Toutefois, les professionnels ont importé durant le mois de juillet 139.000 poussins femelles contre 331.000 l’année dernière. Les importations de poussins reproducteurs se sont inscrites en retrait de 58% par rapport au volume importé une année auparavant et de 62% par rapport aux importations du mois de juin dernier. S’agissant des «reproducteurs dinde», les importations ont repris durant le septième mois de l’année, et ce après un arrêt en juin. Au total, 22.360 «reproducteurs dinde» (mâles et femelles) ont été importés en juillet marquant ainsi une progression de 49% par rapport à la même période de l’année passée. De même, la production nationale des dindonneaux s’est renforcée durant le mois. Elle est passée de 567.000 à 642.000 dindonneaux grimpant de 13% en une année.

Comparée à juin dernier, la production s’est consolidée de 21.000 dindonneaux, soit une progression de 3%. En revanche, les professionnels ont maintenu les importations de dindonneaux. Elles se sont inscrites en hausse de 59%, comparé à juillet 2014, soit un total 181.000 dindonneaux importés durant le mois de juillet. S’agissant du cumul importations et production des dindonneaux, il s’est établi autour de 823.000 unités, en amélioration de 21%. Notons que la production viandes poulet chair a atteint un volume de 46.700 tonnes contre 38.270 tonnes l’année précédente, soit une progression de 22%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *