Prochaine mise en place d’une centrale des bilans

L’information financière constitue un des piliers de base de toute économie moderne. Et sur ce registre, l’économie nationale reste à la traîne, particulièrement sur le segment des finances des PME PMI. Opacité des bilans, non-disponibilité d’informations financières fiables sont des caractéristiques structurelles du fonctionnement des entreprises marocaines. Le projet de la Centrale des bilans des entreprises vient justement remédier à cet état de fait.
À ce stade, et au terme du protocole d’accord signé entre la Société financière internationale, filiale du Groupe Banque Mondiale, et Bank Al-Maghrib, la convention porte sur la réalisation d’une étude de faisabilité de ce projet.“Cette Centrale permettra au public d’accéder aux états financiers d’une entreprise et d’utiliser les informations présentées dans un délai raisonnable après qu’elles soient rendues publiques”, précise la SFI dans son communiqué.
L’information fournie servira de base au développement de services à forte valeur ajoutée. La SFI cite à cet égard la mise en place d’un système de notation des entreprises ainsi que la réalisation des études sectorielles, etc. Cette information présente en outre un intérêt particulier pour les établissements de crédit, qui pourront mieux gérer le risque de crédit en disposant d’une information officielle. Dans un premier temps, La SFI réalisera un état des lieux détaillé des dispositifs d’information financière existants au Maroc. Un préalable fort intéressant qui devra jeter la lumière sur ce volet encore méconnu. Par la suite, l’organisme international dressera une analyse des meilleures pratiques internationales en la matière.
L’objectif de cette démarche est de proposer des modèles de développement adaptés au contexte marocain. Le projet sera réalisé sous « la maîtrise d’oeuvre » de NAED, programme d’assistance technique géré par la SFI visant le développement du tissu des petites et moyennes entreprises (PME) en Afrique du Nord.
À noter que le NAED est financé par la SFI et plusieurs bailleurs de fonds, notamment la Belgique, la France et l’Italie. Ce module oeuvre au développement des PME en proposant des programmes de renforcement des capacités institutionnelles qui visent à développer l’accès au financement des PME, améliorer l’environnement des affaires et les services aux entreprises.
Pour sa part, la SFI s’active sur plusieurs volets : l’organisme finance des investissements privés dans les pays émergents, mobilise des capitaux sur les marchés étrangers et fournit une aide à ses clients pour l’amélioration de leur gestion sociale et environnementale. La SFI intervient également en tant que conseiller auprès des gouvernements et entreprises. Depuis sa création en 1956, l’organisme international a engagé plus de 37 milliards de dollars de financements pour son propre compte et 22 milliards de dollars en syndication avec des établissements financiers partenaires dans 140 pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *