Production d’électricité : ça stagne !

Production d’électricité : ça stagne !

Se référant à Bank Al-Maghrib, la production d’électricité aurait quasiment stagné à fin juin.

La banque centrale indique dans ce sens que la stagnation de la production d’électricité intervient après une hausse de 6,6% observée une année auparavant. Elle résulte, ainsi, d’un accroissement de 1% après un repli de 2,4% de la production de l’énergie thermique et de 10,3% de la production éolienne. La baisse de production hydraulique a également contribué à la stagnation de la production d’électricité au titre du premier semestre de l’année. Alors qu’elle affichait une augmentation de 19,1%, la production hydraulique a fléchi de 32,5%. Bank Al-Maghrib attribue ce repli aux faibles précipitations enregistrées au cours de cette année.

Toutefois, le secteur énergétique continue d’observer une forte demande. Cette dernière s’est globalement améliorée de 1,3%. Cette hausse est tirée par une progression de 3,5% pour la basse tension destinée essentiellement aux ménages. La demande des industriels et régies de distributions en très haute, haute et moyenne tensions s’est relativement améliorée, soit une hausse de 0,6% observée à fin juin.

Dans sa publication, Bank Al-Maghrib affirme que le recours aux importations a été marqué par une nette progression. En une année, ce recours est passé d’une baisse de 14,7% à une hausse de 10,2% à fin juin.  La banque centrale met en relief la hausse de la production marchande de phosphate. Se référant à la revue de conjoncture, cette production se serait située en amélioration de 3,5% après avoir affiché une baisse de 9,5% à la même période de l’année passée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *