Production et ventes : ça stagne… !

Production et ventes : ça stagne… !

Les industriels se livrent à Bank Al-Maghrib

L’activité industrielle semble ne pas connaître de grands changements au premier semestre de l’année. C’est d’ailleurs ce qu’ont confirmé les industriels à Bank Al-Maghrib. En se livrant à l’enquête de la banque centrale évaluant la conjoncture industrielle au Maroc, les chefs d’entreprises confient que leur production et leurs ventes sont restées inchangées au titre des six premiers mois de l’année.

L’enquête sectorielle établie à fin juin démontre que la production agroalimentaire et textile a connu une hausse à fin juin au moment où le secteur de la chimie et parachimie ainsi que celui de la mécanique et métallurgie ont été moins productifs à la même période. «Il est à signaler que le repli enregistré dans la mécanique et métallurgie serait en relation avec la métallurgie, tandis que dans l’industrie automobile et dans le travail des métaux, la production aurait enregistré une hausse», déduit-on de l’enquête de Bank Al Maghrib. Le sondage indique également que le taux d’utilisation des capacités de production serait situé autour de 66%. Selon les industriels ayant participé à l’enquête, ce taux s’est amélioré dans le secteur du textile et cuir. En revanche, il a baissé dans la chimie et parachimie et a stagné dans la mécanique et métallurgie. En ce qui concerne les ventes, Bank Al-Maghrib a souligné dans son enquête que la stagnation des expéditions  «recouvre une hausse dans le textile et cuir conjuguée à une stagnation dans l’agroalimentaire et dans la chimie et parachimine. Les ventes ont, par contre, baissé dans la mécanique et la métallurgie. Les industriels constatent ce repli au niveau de l’ensemble des principaux sous-branches du secteur». Bank Al-Maghrib affirme, à ce propos, que seule l’industrie automobile a pu tirer son épingle du jeu. Le secteur semble avoir consolidé ses ventes à fin juin. «Par destination, les expéditions à l’étranger se seraient accrues, tandis que les ventes locales auraient accusé un repli», apprend-on de Bank Al Maghrib.

A noter que la stagnation de la production et des ventes s’est répercutée sur les commandes. Bien qu’elles aient connu une augmentation à fin juin, le niveau de commandes est resté au premier semestre de l’année à un niveau inférieur à la normale. L’amélioration des commandes a été aperçue dans la chimie et parachimie, dans le textile et cuir et dans l’agroalimentaire. En se basant sur les résultats de l’enquête, «cette amélioration aurait concerné l’ensemble de leurs principales sous-branches à l’exception de la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques et de l’ industrie textile».

Les commandes dans le secteur de la mécanique et métallurgie ont connu une évolution mitigée. Les chefs d’entreprises ont confirmé une baisse de commandes dans le secteur et ce suite au ralentissement affiché par la métallurgie.

«Les commandes ont, en revanche, enregistré une hausse dans le «travail des métaux» et une stagnation dans l’industrie automobile», souligne l’enquête. En termes de visibilité, les industriels restent positifs. Les entreprises anticipent une hausse de la production et des ventes et ce dans l’ensemble des branches. Les textiliens restent pour leur part pessimistes. Pour les trois mois prochains, ces industriels s’attendent à un recul des ventes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *