Projet AgaLand : Retour sur un dossier d’investissement épineux

Projet AgaLand : Retour sur un dossier d’investissement épineux

Selon une étude, la zone dédiée au projet est sismique et à haut risque

«Si la zone est sismique et à haut risque, qu’on me présente la preuve. Je n’ai reçu jusqu’à maintenant aucun écrit ou avis d’arrêt des travaux. Je n’ai été informé ou sollicité par aucune commission dans ce sens», assure l’investisseur.

Aucune étude n’a été réalisée par le Laboratoire public d’essai et d’études (LPEE). Seul un avis technique est émis en se basant sur les résultats d’une étude réalisée suite au tremblement de terre de 1960 dans le cadre de la commission des grands projets.

Le projet AgaLand tant attendu par les Gadiris aura-t-il lieu ? C’est la grande question qui se pose aujourd’hui au niveau de la ville, suite à des informations sur une étude faite par LPEE (Laboratoire public d’essai et d’études) sur la zone dédiée au projet, et révélant que la zone est sismique et à haut risque. Cependant, les travaux continuent sur le terrain pendant cette matinée du 3 janvier. L’investisseur déclare ne pas avoir reçu d’avis ou d’écrit dans ce sens. «Si la zone est sismique et à haut risque, qu’on me présente la preuve. Je n’ai reçu jusqu’à maintenant aucun écrit ou avis d’arrêt des travaux. Je n’ai été informé ou sollicité par aucune commission dans ce sens. Et je ne dispose d’aucun rapport de LPEE attestant cette information. Si ce rapport existe j’aimerais au moins le voir pour ne pas subir de pertes financières». Ceci étant, l’investisseur souligne que «Je n’ai pas de construction sur le plan de mon projet. Nous prévoyons sept à huit restaurants implantés sur le sol.

Seulement 1,5% du projet se fera en construction dans le camping. Ce 1,5% est dédié aux blocs sanitaires, à l’administration et à quelques commerces pour les camping-cars. Le reste du projet est constitué de chalets et mobile-home et des habitats légers de loisir. Ceci est pour le camping, pour le AgaLand je n’ai que des cafés et restaurants». Avant de poser une question quant à qui a mandaté cette étude. «Je n’ai pas fait appel au LPEE alors je ne sais selon quelle procédure cette demande d’étude a été faite. Est-ce une telle étude a été demandée pour les autres projets structurants de la ville qui existent ou qui sont en cours ?».  Le porteur du projet n’est pas le seul à ne pas être informé de l’existence de cette étude, le président du conseil communal a lui-même cité ce grand projet d’animation comme projet structurant pour la ville lors d’une réunion d’investissement organisée récemment.

Il est à souligner que le projet a eu l’accord de la commission d’investissement. Cette étape faite, la commission ne se charge plus du projet. Celui-ci est suivi par la commission des grands projets où siègent tous les services techniques et la wilaya. Du côté du LPEE, aucune étude n’a été faite. Le laboratoire affirme avoir donné un avis technique et n’avoir fait aucune étude dans ce sens. Cet avis technique a été sollicité par la commission des grands projets et il est basé sur une étude réalisée lors des années soixante par un bureau d’études international suite au tremblement de terre qui a secoué la ville d’Agadir. Notons que le LPEE n’a aucun pouvoir pour annuler ou bloquer des projets. Sur un autre volet, le porteur du projet dispose d’un contrat de bail de 40 ans. Information confirmée auprès du Centre régional d’investissement. A ce stade, l’acquisition du terrain pour quarante ans est faite.

Articles similaires

1 Comment

  1. CAN 2025

    Dommages Agadir a un gros potentiel et manque de parc d’attractions comparé a la floride ou a l’Espagne ou la Turquie ! Agadir, Tanger, Casablanca,.. devrait s’inspirer de Barcelone! Le royaume devrait attirer les grands groupes internationaux comme Disney, Port Ventura, Asterix…

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *