Projet de construction du pont à haubans au niveau du carrefour Sidi Maarouf: Un retard de deux mois, mais ça commence bien !

Projet de construction du pont à haubans au niveau du carrefour Sidi Maarouf: Un retard de deux mois, mais  ça commence bien !

Le projet d’aménagement du carrefour de Sidi Maârouf, grand diffuseur situé au croisement de la RN11, du boulevard Sidi Maârouf et du boulevard des préfectures, va bon train.

Il affiche un état d’avancement satisfaisant en dépit du retard enregistré depuis sa présentation en janvier 2016. «Après un retard de deux mois au démarrage dû à la levée des contraintes et à l’aménagement de la déviation provisoire, les travaux de la phase 1 suivent leur rythme normal selon le planning arrêté», a affirmé à ALM, Aziz TahTah, directeur régional de l’équipement, du transport et de la logistique de la région Casa-Settat.

Et de poursuivre : «Actuellement, ces travaux enregistrent un état d’avancement global de 20%. Les travaux de fondations du pont sont achevés, et les élévations des deux piles et des deux culées de l’ouvrage sont en cours de réalisation. Et je tiens à mentionner que la date de fin des travaux de la phase 1 est prévue pour le mois de novembre 2017».

A noter que ce grand aménagement avec effet de «Porte» à l’une des principales entrées de Casablanca permettra de résoudre le problème de circulation et d’augmentation du trafic dans ce carrefour à 6 branches (qui atteint plus de 17.000 véhicules en heure de pointe), d’améliorer la sécurité et le confort de circulation à l’intérieur de ce carrefour, d’assurer le bon fonctionnement du carrefour avec le passage du tramway, et d’améliorer la liaison des grands pôles de services de la zone à l’aéroport Mohammed V (Casa City Finance, Technopark…). Il permettra également aux usagers du carrefour, véhicules, piétons et cycles, de se repérer et de se déplacer dans le confort d’un espace moderne et agréablement aménagé.

A ce titre, l’aménagement a été conçu en un carrefour dénivelé à trois niveaux avec un ouvrage formant signal et un traitement coordonné de l’ensemble de la voirie au sol et de son rapport avec le bâti environnant. Cet aménagement concilie les aspects fonctionnels et esthétiques et présente une économie d’espace, une géométrie à caractère nettement plus urbain et une affirmation planaire de l’axe principal Nord-Sud. Il dote l’entrée de Casablanca d’un aménagement urbain géométriquement reconnaissable (porte de ville), assurant une harmonie générale entre l’ouvrage d’art et les autres niveaux d’aménagement, en plus de permettre une lecture claire tant pour le riverain que pour l’usager du carrefour.

Dans ce sens, M. TahTah a estimé que «l’aménagement du carrefour de Sidi Maârouf aura un impact positif et immédiat sur la circulation routière à l’entrée Sud de Casablanca. Il facilitera les déplacements, améliorera l’accessibilité et la sécurité, et réduira le temps de parcours aussi bien au profit des destinataires des centres d’affaires ou résidentiels de la zone que des flux de transit entrant ou sortant de Casablanca». Aussi, d’après le directeur régional de l’équipement, du transport et de la logistique de la région Casa-Settat, «il contribuera significativement, à côté des autres aménagements prévus dans la zone, au développement de l’activité économique de la métropole». Selon lui, le coût global de réalisation de cet aménagement s’élève à 608 millions de dirhams. Aussi, contribueront au financement de ce projet, la commune urbaine de Casablanca avec 320 millions de dirhams, le ministère de l’intérieur avec 185 millions de dirhams, le ministère de l’équipement, du transport et de logistique avec 103 millions de dirhams. Ainsi, la commune urbaine de Casablanca prendra en charge l’expropriation du foncier requis pour la réalisation de ce projet, qui s’élève à 80 millions de dirhams. A noter que la réalisation de ce projet qui durera environ 44 mois s’opère en deux phases. La 1ère phase, dont les travaux ont démarré en janvier 2015, durera 32 mois et portera sur l’aménagement du niveau «+1» (pont à haubans) et du niveau «0» y compris les bretelles reliant ces deux niveaux. Le coût de cette phase s’élève à 442 millions de dirhams. Pour sa part, la 2ème phase concernera la réalisation des trémies au niveau «-1» et sera lancée une fois les études d’exécution achevées. Elle devra durer 12 mois et nécessitera un investissement de 166 millions de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *