Projet de développement urbain : La Fondation Phosboucraa récompensée pour sa Technopole Foum El Oued

Projet de développement urbain : La Fondation Phosboucraa récompensée pour sa  Technopole Foum El Oued

La Fondation Phosboucraa a obtenu à Angers la certification internationale HQE™ Aménagement (Haute Qualité Environnement) pour son projet de développement urbain, la Technopole Foum El Oued.

C’est ce qu’a annoncé récemment le Groupe OCP expliquant que cette certification a été remise par l’organisme international Cerway lors de l’atelier «La démarche HQE, ça marche même dans les climats chauds» organisé dans le cadre de la 8ème édition du Congrès international du bâtiment durable «Cities to be». Pour la Fondation Phosboucraa, «l’obtention de la certification HQE™ Aménagement est une reconnaissance de la qualité du projet de la Technopole Foum El Oued et des efforts réalisés en faveur de l’insertion du projet dans son contexte physique, de la gestion raisonnée des ressources naturelles, et de l’inclusion de la population locale selon une démarche participative.

La certification HQE™ Aménagement couvre tous les cycles de vie du projet», ajoutant que par son obtention, la Fondation Phosboucraa vise à organiser et garantir une démarche de qualité aux standards internationaux, impliquant toutes les parties prenantes et à toutes les étapes du projet de la Technopole allant du processus de programmation, conception, réalisation jusqu’à la rétrocession. Ce projet d’aménagement est situé dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra au sud du Maroc. Il est conçu sur une superficie totale de 600 ha et pensée comme une cité du savoir et de l’innovation.

Son montant d’investissement atteint 200 millions de dollars et vise à accueillir 30.000 habitants à l’horizon de 2035. Notons que la Technopole Foum El Oued est axée sur 3 composantes clès qui tiennent compte des spécificités locales communes aux régions du Sud et au continent africain. La première composante est le «pôle du savoir et de la recherche» porté par l’Université Mohammed VI Polytechnique et son Centre de recherche dédié aux thématiques liées au contexte subsaharien.

La deuxième composante est le «pôle business» qui accueillera un incubateur pour accompagner les porteurs de projets et booster les start-up. Et enfin le «pôle culturel» qui inclut la construction d’un musée, d’un village commercial et artisanal, ainsi que des infrastructures à caractère social et environnemental visant l’amélioration de l’attractivité du territoire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *