Projet de loi de Finances 2017 : Premières indiscrétions

Projet de loi de Finances 2017 :  Premières indiscrétions

La note de cadrage a été envoyée aux ministères et Boussaid a rencontré les parlementaires des deux Chambres jeudi alors qu’une autre rencontre aura lieu mercredi

Modèle économique, compétitivité, investissements et lutte contre les inégalités sociales, ce sont les quatre piliers sur lesquels doit reposer le projet de budget 2017. Le gouvernement passe en effet à la vitesse supérieure dans le projet de budget 2017. Il semble même que les choses soient un peu en retard. Le ministère de tutelle vient ainsi d’inviter tous les départements gouvernementaux à remettre les données et prévisions de budgets pour l’exercice prochain dans les plus brefs délais. L’équipe gouvernementale sous sa configuration actuelle ne sera pas là à l’adoption du prochain budget mais c’est elle qui va tout de même faire l’essentiel du travail. La traditionnelle note de cadrage du chef de gouvernement qui fixe les contours du projet de budget a été dévoilée aux responsables gouvernementaux.

«Les différents ministères ont déjà reçu la note de cadrage du projet de loi de Finances 2017», nous confie une source au cabinet du chef de l’Exécutif. En parallèle, Mohamed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, a mis dans la confidence les parlementaires à travers un exposé devant les membres des deux Chambres sur le cadre général du projet de budget de l’année prochaine. La rencontre, organisée jeudi dernier, a réuni les membres des deux commissions parlementaires des finances à la Chambre des représentants ainsi que la Chambre des conseillers. «La première rencontre a été réservée à la présentation faite par le ministre sur le cadre général du projet de budget. Nous allons nous réunir de nouveau avec le ministre mercredi prochain pour débattre cette fois-ci de son exposé», explique un membre de la commission parlementaire permanente des finances et du développement économique à la Chambre des représentants.

Cap sur l’industrialisation

Le gouvernement espère, pour le dernier projet de budget de son mandat, maintenir sur le cap des réformes économiques. L’accent sera, dans ce sens, mis sur l’accompagnement du plan d’accélération industrielle ainsi que la poursuite de l’amélioration du climat des affaires. Des mesures destinées à accompagner le développement des métiers mondiaux du pays sont prévues mais les autres secteurs exportateurs ne seront pas en reste, à savoir le textile, l’agroalimentaire et l’industrie pharmaceutique. La lutte contre les inégalités sociales doit par ailleurs occuper une place importante. Les efforts seront concentrés sur les principaux secteurs sociaux, en l’occurrence l’enseignement et la santé. Le projet de budget devra ainsi accompagner la vision stratégique de la réforme du système éducatif alors qu’il sera question dans la santé de poursuivre l’élargissement de la couverture et l’amélioration de la qualité des prestations médicales. Alors que dans le domaine du BTP en particulier, le secteur de l’immobilier résidentiel commence à donner de sérieux signes d’essoufflement, le gouvernement devrait probablement appuyer à travers des mesures spécifiques le logement social et celui destiné aux classes moyennes. Dans ce sens, le ministère de l’habitat travaille sur un produit social intermédiaire entre les logements déjà commercialisés de 140.000 DH et ceux de 250.000 DH.

L’adoption du budget 2017 au-delà du 1er janvier ?

Vote-ParlementLe gouvernement actuel déposera le projet de loi de Finances 2017 avant de rendre son tablier à l’issue des prochaines législatives prévues le 7 octobre prochain. Seul bémol, c’est un nouveau gouvernement soutenu par une toute autre majorité parlementaire qui devra poursuivre le travail.

Tout ceci demande du temps, ce qui risque de retarder l’adoption du futur budget au-delà du 1er janvier 2017. En effet, le futur gouvernement pourra toujours retirer la première version déposée par le gouvernement Benkiran comme il pourra se contenter d’apporter quelques retouches.

Légalement, le retard de l’adoption du budget pose un problème puisque le projet de loi doit normalement entrer en vigueur le premier jour du Nouvel An.

Cela dit, la Constitution de 2011 offre une solution puisqu’elle autorise le gouvernement en place à ouvrir les crédits si le PLF n’est pas adopté dans le temps pour une raison ou une autre.

Exécution du budget 2016
Argent MarocLes prévisions de croissance établies en octobre de l’année écoulée ont été revues à la baisse en passant de 3 à 2% à cause du retard des précipitations, a affirmé le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid. Dans un exposé présenté lors du Conseil de gouvernement sur la situation économique nationale, M. Boussaid a souligné que «les prévisions de croissance établies en octobre de l’année écoulée ont été revues à la baisse en passant de 3 à 2% à cause du retard des précipitations, tandis que la récolte agricole reculera de 70%, passant de 115 millions de quintaux en 2015 à 33 millions de quintaux en 2016».

Le ministre a toutefois souligné que ce recul d’un point seulement des prévisions de croissance reflète en réalité la résilience de l’économie nationale et sa capacité à contenir les effets négatifs du retard des précipitations, tout en consolidant les efforts de développement économique dans les autres secteurs. Boussaid a relevé, à cette occasion, que le déficit budgétaire s’établira à 3,5% du PIB contre 4,3% l’an dernier, alors que le déficit du compte courant de la balance des paiements baissera à 1,5%, contre 2,2 l’an écoulé.

Du côté des réserves en devises à fin juin 2016, elles ont atteint 7 mois et 12 jours contre 4 mois et deux jours en 2012, a ajouté Boussaid, se félicitant également de l’amélioration de nombreux indicateurs liés à l’industrie qui s’est améliorée de 2%, alors que la consommation du ciment a augmenté de 4% après des années de recul. En outre, a poursuivi le ministre, les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont progressé, de même que les revenus du tourisme et des recettes fiscales et non fiscales.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *