Projet des technologies vertes dans l’agriculture: Le Maroc choisi pour tester la méthodologie développée

Projet des technologies vertes dans l’agriculture: Le Maroc choisi pour tester la méthodologie développée

Initié en octobre 2105, un projet sur l’adoption des technologies vertes dans les secteurs agricole et agroalimentaire a été initié par plusieurs institutions internationales, à l’instar de la FAO, la BERD et avec l’appui de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Le projet concerne les pays du sud de la Méditerranée et de l’est de l’Europe. Les experts des institutions internationales précitées, avec l’appui du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, ont choisi le Maroc pour tester la méthodologie développée dans le cadre du projet. C’est hier que l’atelier de validation des résultats a eu lieu à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II à Rabat.

Au Maroc, douze technologies applicables au secteur agricole et agroalimentaire ont été retenues et étudiées selon une approche multicritère. Toutes ces technologies ont le potentiel de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’environ 8 mégatonnes de CO2 équivalent par an. L’atelier illustre ainsi l’importance qu’accorde le Maroc et les institutions internationales à la gestion concertée et durable des ressources naturelles et l’importance de développer des marchés pour des technologies vertes.

Cet atelier constitue également une occasion de discussion et de partage sur l’évolution de cette mission, qui est dirigée par une équipe du centre d’investissement de la FAO, appuyée par des experts marocains et internationaux. Les activités conduites dans le cadre de ce projet apportent une contribution à la réflexion sur des options dans le but d’accélérer le déploiement des technologies vertes dans les secteurs agricole et agroalimentaire.

Le projet porte sur un éventail de technologies assez diversifié, telles que l’agriculture de conservation, la gestion des machines agricoles, les systèmes d’énergie renouvelable appliqués en agriculture ou les chambres froides efficaces. Les résultats préliminaires permettent non seulement d’évaluer les technologies ayant pour base un potentiel de réduction d’émissions GES mais aussi une performance économique et de durabilité dans le contexte marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *