Projet d’irrigation à Doukkala: Une superficie exploitée en irrigation supérieure à 90%

Projet d’irrigation à Doukkala: Une superficie exploitée en irrigation supérieure à 90%

La productivité de l’eau y a augmenté de plus de 30%, selon les résultats présentés, lundi à Rabat, dans le cadre d’une journée d’information sur ledit projet. A une année de son achèvement, le projet DRIP a permis la réalisation d’un taux d’intensité culturale de 76% en saison sèche. La superficie exploitée en irrigation localisée dans ce site est, quant à elle, supérieure à 90% de la superficie totale et le taux de la collecte des redevances de l’association des agriculteurs est aussi supérieur à 90%. Le projet Drip, couvrant la période 2011-2016, est réalisé par l’Agence de coopération internationale du Japon (JICA) en partenariat avec la Direction de l’irrigation et de l’aménagement de l’espace agricole et l’Office régional de mise en valeur agricole des Doukkala (ORMVAD).

Il vise l’amélioration de la productivité agricole et l’efficience de l’utilisation de l’eau au niveau des 180 hectares, constituant le périmètre irrigué par gravité d’un projet financé par le gouvernement du Japon et réalisé dans les années 90 (accord de prêt signé en juin 1996 pour un montant de 13,558 millions de yens, soit environ 1,1 milliard de dirhams). Un site pilote a été sélectionné pour promouvoir un système d’irrigation économe d’eau à travers l’installation d’un nouveau système d’irrigation de goutte-à-goutte et l’introduction des cultures à haute valeur ajoutée. Ce projet convoite, par ailleurs, le renforcement des capacités de gestion des Associations d’usagers de l’eau agricole (AUEA) à travers l’expertise japonaise. A cette occasion, l’ambassadeur du Japon au Maroc, Tsuneo Kurokawa, a fait savoir que ce projet d’amélioration du système d’irrigation dans le périmètre irrigué de Doukkala-Abda a permis une économie «très significative» de la consommation d’eau en comparaison au mode d’irrigation précédent, une évolution remarquable dans la variété des cultures et une augmentation très sensible dans les revenus des exploitants, ainsi qu’une efficience dans la productivité d’eau. Pour sa part, le secrétaire général du ministère de l’agriculture, Mohammed Sadiki, a indiqué que ce projet de coopération technique, qui s’inscrit dans le cadre des orientations stratégiques du Plan Maroc Vert et du Programme national d’économie d’eau, fournit aux agriculteurs un accompagnement de proximité pour améliorer l’efficience d’utilisation de l’eau, adopter des cultures à haute valeur ajoutée et in fine améliorer leurs revenus et leurs conditions de vie.

S.G (avec MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *