Promotion des investissements

Comment relancer la coopération entre le Maroc et les Etats-Unis dans le domaine économique ? La question a été au centre des discussions lors de la visite de William Burns, Secrétaire d’Etat adjoint américain aux Affaires du Proche-Orient. Si cette visite avait une dimension politique, elle a été l’occasion pour rappeler l’engagement du gouvernement américain auprès du Maroc concernant l’encouragement des investissements dans le Royaume. Du moins, si l’on en juge par les propos de M. Burns. Ce n’est pas la première fois qu’un haut responsable de l’exécutif américain affiche la disponibilité de son pays à relancer la coopération entre les deux pays. C’est surtout la conjoncture internationale qui diffère. Celle-ci est marquée par la lutte des Etats-Unis appuyée par le Maroc contre le terrorisme. Les propos de M. Burns sur la nécessité de relancer les échanges commerciaux entre les deux pays viennent au moment où le Maroc vient d’être élu meilleur partenaire commercial pour les Etats-Unis en 2001 par l’Agence américaine pour le commerce et le développement (TDA). Selon les responsables de l’Agence, cette distinction n’a pas été facile à attribuer, dans la mesure où les partenaires de l’Amérique ont été aussi performants les uns que les autres. Lors de la remise de ce prix, la TDA a reconnu les efforts déployés par le Royaume pour la modernisation de plusieurs secteurs économiques. Elle recommande le développement des domaines d’activités où il est situé comme référence dans la région de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient en matière d’aviation civile, de dessalement de l’eau de mer et de gestion des ressources hydriques, d’assainissement solide, etc. En matière de tourisme, la visite de prospection entamée début décembre par des agents américains témoigne du potentiel que représente le marché touristique marocain. Au menu de cette visite, la politique des moyens à mettre en place pour accroître le nombre de touristes américains en destination du Maroc. En ce qui concerne la promotion de l’investissement, il faut rappeler à ce propos les efforts déployés par l’USAID dans ce domaine. L’Agence américaine pour le développement a signé en septembre 2001 un accord avec le ministère de l’Economie Sociale, selon lequel elle attribuera un fonds de 7,2 millions de dollars soit 80 millions de DHS. D’ici 2004, l’enveloppe globale assurée par l’USAID sera de 18 millions de dollars. L’engagement de cette Agence vise plusieurs objectifs notamment la réduction des délais pour la création d’une entreprise, la simplification des procédures et la mise en place de la transparence. Immense chantier.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *