Provinces du Sud : Réalisation de deux parcs éoliens

Provinces du Sud : Réalisation de deux parcs éoliens

La région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra est devenue l’eldorado des énergies renouvelables. C’est ainsi que deux parcs y seront réalisés.

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) vient de lancer un nouvel appel d’offres relatif à la réalisation de cinq nouveaux parcs éoliens. Le programme se compose de «Midelt» 150 MW, «Tiskrad» (Tarfaya) 300 MW, «Akhfenir» 100 MW, «Jbel Lahdid (Essaouira)» 200 MW et «Boujdour» 100 MW, à mettre en service entre 2016 et 2020.

Ce choix fait pour ces deux villes sahariennes vient confirmer la place privilégiée qu’occupent désormais les provinces du Sud du Royaume en matière d’énergies renouvelables, dont la réalisation entre dans le cadre de la stratégie nationale visant la sécurisation de l’approvisionnement du pays en énergie électrique et la promotion des énergies renouvelables, et qui s’est fixé pour objectif d’atteindre 42% de la puissance installée à base d’énergie renouvelable en 2020, pour un investissement total estimé à 31,5 milliards de dirhams.

Selon l’appel d’offres, ces parcs éoliens prévus dans le programme éolien intégré seront réalisés dans le cadre de partenariats public-privé où l’ONE, la Société d’investissement énergétique (SIE) et le Fonds Hassan II s’associeront à un ou plusieurs partenaires stratégiques de référence dans les domaines de la production d’électricité et de l’industrie éolienne en vue de créer une société de projet de droit marocain pour chacun des parcs.

Déjà cette région connaît la réalisation de trois parcs d’énergie éolienne dont le plus important est celui de Tarfaya, d’une capacité totale de 300 MW et qui est construit par le groupe français GDF Suez, pour un coût global qui dépasse un milliard de dirhams. Ce parc devra être mis complètement en service avant fin 2014. Il va, en l’occurrence, contribuer à la réduction des émissions de CO2 de près de 900.000 tonnes.

A cela s’ajoute celui d’Akhfenir, situé 220 km au nord de Laâyoune, qui aura une capacité totale de 100 MW, ce qui est équivalent à la consommation d’une ville de 500.000 d’habitants, ainsi que celui de Laâyoune situé près du port pour une capacité de 50 MW.

Ces projets permettront la création d’emplois durant la phase de réalisation et des postes d’emploi directs et indirects, après la mise en service. Ces parcs s’ajoutent à celui de Ciments du Maroc, mis en service en juille 2011. L’estimation de la production du parc, à partir
des données recueillies grâce à la petite éolienne d’essai, est de 5 MW qui devra permettre, à terme, d’épargner près de 12.000 tonnes de CO2 par an.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *