Quand les fonctionnaires rêvent d une administration meilleure…

Quand les fonctionnaires rêvent  d une administration meilleure…

Représentants du ministère de l’économie et des finances et leurs homologues français ont débattu, lundi à Rabat, au cours d’un colloque, auquel ils ont invité d’autres départements et organismes marocains, du processus de transformation des administrations économiques et financières. Point de départ de la réflexion de la réunion organisée en partenariat avec le ministère de l’économie et des finances français: la volonté de donner corps à la convention- renouvelée en décembre 2012-, qui lie les deux ministères pour une plus grande coopération dans la recherche de l’efficience administrative. Ce qu’autant le secrétaire général du ministère que la responsable de l’Agence française de coopération technique (Adetef) qui a co-organisé la rencontre a résumé ainsi : permettre à l’administration de passer de la logique des procédures à celle des services.
De cet objectif, le secrétaire général du ministère a dit dans un mot introductif, que s’inscrivant dans le train de réformes de l’Etat, il est au centre des préoccupations de la nouvelle gestion des affaires publiques au Maroc. Il constitue la voie qui mène vers l’efficacité de l’administration et partant, vers la gouvernance fondée sur la transparence, la responsabilisation et la reddition des comptes, a-t-il déclaré en substance. Il a estimé que de premiers pas ont été accomplis dans cette direction avec un certain nombre de réalisations en matière de gestion budgétaire axée sur les résultats, d’audit des actions et des organismes publics, l’extension de l’usage des NTI et du système intégré des performances. Il a ajouté que les progrès réalisés sur le plan de la gestion prévisionnelle conjugués aux préoccupations relatives à la quête de performance et à la prééminence de l’éthique rapprochent d’autant de cet objectif final.
Pour la représentante de l’Adetef, si le colloque est un prolongement du renouvellement de la convention conclue entre les deux ministères, il est surtout l’expression de la volonté des administrations des deux pays de s’inscrire en plein dans l’évolution d’un contexte changeant. Elle a considéré que pour s’adapter à l’évolution des attentes de l’environnement international et à celle des attentes des usagers, il faut mener des actions concomitantes tant au niveau des administrés qu’à celui des administrateurs. Les actions d’amélioration et de recherche de l’efficacité qui ne suscitent pas l’adhésion des administrateurs sont de peu d’efficacité, a-t-elle jugé. Elle a, en outre, estimé que pour doter l’administration d’une plus grande efficacité, l’Etat qui doit accompagner les attentes des usagers sans cesser d’être attentif aux changements de l’environnement international, doit entamer cette quête sur 3 plans : la recherche d’une plus grande réactivité de son administration, l’aménagement d’une plus grande accessibilité à ses services et la simplicité des procédures qui y président. En clair, a-t-elle conclu, l’administration doit d’abord apprendre à gérer sa complexité.
L’Adetef est «l’opérateur de la coopération internationale des ministères économique et financier et du ministère du développement durable, lieu de diffusion des bonnes pratiques en matière de politiques économiques et financières». C’est, ajoutent les organisateurs du colloque, l’intermédiaire des gouvernements et des pouvoirs pour qu’ils bénéficient des compétences professionnelles de grande technicité des fonctionnaires et des experts français.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *