Que la «Fiesta» commence !

Que la «Fiesta» commence !

Auto Hall, importateur exclusif de Ford, reprend du poil de la bête ! Après, les Focus et Mondeo qui font toujours un tabac sur notre marché, c’est au tour de la citadine Fiesta de venir se frotter à ses rivales européennes et japonaises. Et elle en a les moyens !
Son look moderne et sympathique, sa finition de bonne qualité et ses moteurs suffisants sont autant d’atouts qui lui donnent toutes ses chances pour réussir sa mission : séduire les jeunes marocains en général et en particulier les femmes. Esthétiquement, la Fiesta ne cache pas son appartenance à la marque. Ses différents contours incarnent même remarquablement le «New Edge Design», tendance stylistique propre à Ford et initiée sur la seconde génération de la Mondeo. Mais c’est à la Focus que la Fiesta est le plus évocatrice avec ses blocs de phare taillés à la serpe, ses feux arrière verticaux et son pavillon arqué. Suggérant la robustesse des voitures allemandes, le profil affiche des passages de roues bien marqués et un épaulement rectiligne à la fois, parallèle à la ceinture de caisse inclinée, et s’étirant des ailes avant jusqu’au hayon. Ce dernier abrite un coffre à bagages au volume assez vaste de 284 dm3, soit 34 de plus par rapport à l’ancien modèle. Pas mal pour une petite !
Et petite, la Fiesta ne l’est pas tant que ça ! Du moins à l’intérieur, car l’habitabilité est bel et bien son point fort. Plus longue, plus large et plus haute que sa devancière, elle s’autorise des valeurs assez élevées dans sa catégorie, qu’il s’agisse d’espace aux jambes de largeur aux coudes ou de hauteur sous pavillon.
L’autre volet sur lequel la Fiesta enregistre de très nets progrès est celui de la qualité des matériaux et de leurs assemblages. Ergonomique et bien pensée, la planche de bord arbore cependant un dessin moins original que celui de la Focus, avec même un léger accent Volkswagen. Sauf, qu’à voir le niveau d’équipement de la version Ambiente, il n’y a pas de quoi faire une fiesta ! Certes, on trouve de série l’airbag conducteur, la direction assistée, les vitres avant électriques, la banquette rabattable en deux parties et l’autoradio K7, mais pas d’ABS, ni d’airbags passagers et latéraux. La climatisation, elle, est une option facturée à 9000 DH, tandis que le verrouillage centralisé n’est pas commandé à distance ! Qu’à cela ne tienne, la Fiesta aura d’autres moyens pour convaincre, à commencer par ses moteurs…
Sous son capot, la gamme importée de la petite Ford fait confiance à deux blocs : le 1.3 l essence et le Diesel 1.4 TDCi. Appartenant à la famille Duratec, le premier offre 75 ch de puissance, tout en affichant une consommation modérée, puisqu’il se contente en moyenne de 6.2 l/100 km. Elaboré conjointement avec PSA (Peugeot-Citroën), le 1,4 l TDCi, lui, recourt à une injection à haute pression par common rail (rampe commune) de seconde génération. Du coup, s’il ne développe que 70 ch, il se montre plus «coupleux» que le 1.3 l essence avec ses 160 Nm. Sur la route, cela se traduit par de bonnes relances, mais surtout, plus de peps lors des dépassements, le tout, pour un appétit de chameau (4.4 l/100 km en régime mixte). Bref, vous l’aurez compris : excepté son patronyme, la Fiesta tourne définitivement la page avec sa devancière et ce à tous les niveaux. Idem pour ses prix, qui démarrent à 131.000 DH pour le 1.3 l et 151.000 DH pour le TDCi.
Des tarifs plutôt corrects et assez bien étudiés par rapport à ses concurrentes de gabarit et motorisations équivalents. Du coup, la stratégie de l’importateur s’explique clairement par le choix délibéré de ne pas suréquiper la Fiesta, afin de la positionner de façon compétitive sur le marché marocain des citadines. Un choix très judicieux lorsqu’on sait que le prix reste un point fort crucial, voire déterminant pour la clientèle de ce segment.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *