Quel avenir pour les guides ?

La profession de guide touristique revêt actuellement une importance cruciale, étant donné sa contribution effective au développement du secteur touristique et le rôle qu’elle peut jouer dans la réalisation des objectifs tracés dans le cadre de la vision 2010, a affirmé Abdeljalil Galiaty, nouveau président de l’Association régionale des accompagnateurs et guides du tourisme et de montagne de Marrakech.
Dans un entretien à la MAP suite à son élection récemment à la tête de cette association pour un mandat de trois ans, M. Galiaty a ajouté que "cette profession est avant tout un art et un savoir-faire qui exige de celui qui l’exerce autant de qualités humaines, un niveau élevé de professionnalisme, une culture diversifiée et des connaissances approfondies". En d’autres termes, "un guide touristique doit être polyvalent et possédant une profonde connaissance de l’histoire, de la géographie, de la sociologie et des moeurs et traditions courantes dans la région où il exerce", a-t-il dit, faisant remarquer que "l’une des missions du guide touristique est de contribuer à la promotion du tourisme en faisant connaître aux visiteurs d’une région quelconque ses différentes potentialités naturelles, culturelles, civilisationnelles et économiques".
Interrogé sur l’exercice de cette profession dans la ville de Marrakech et dans la région d’Al Haouz, M. Galiaty a fait savoir que "ce métier ne manque pas de connaître ces dernières années un certains nombre de difficultés qui freinent son développement", notant que "l’un des problèmes majeurs est lié aux conditions sociales de cette catégorie professionnelle qui, à travers des années, n’a épargné aucun effort pour promouvoir le tourisme à l’échelle nationale, ainsi qu’au niveau régional". Dans ce cadre, M. Galiaty a mis l’accent sur "la nécessité de faire bénéficier, dans les plus brefs délais, les guides touristiques d’une couverture médicale et d’un régime de sécurité sociale, outre la mise en place d’un régime adéquat à même de garantir une vie digne aux guides les plus âgés et à ceux qui sont dans l’incapacité d’exercer leur profession".
Il a, de même, souligné qu’il est temps de trouver une solution "à l’anarchie dont plonge ce secteur" relative notamment à l’exercice de cette profession par certains intrus (chauffeurs de taxis et concierges) et sans le moindre contrôle, et l’absence d’intérêt porté à cette profession par les responsables du secteur du tourisme et les autorités locales.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *