Quelle rémunération pour les cadres ?

Tous les premiers mardis de chaque mois, le forum des managers ne rate pas son rendez-vous. Le dernier en liste fut consacré en particulier à la rémunération des cadres au Maroc. Le thème fut inspiré d’une récente enquête réalisée conjointement par Manpower et Capital Consulting, représentant du cabinet américain Aon Management Consulting au Maroc. Le travail de cette équipe fut bouclé début janvier 2001, fruit de plus de huit mois de labeur. Réalisée auprès de 31 entreprises, petites, moyennes et grandes, appartenant à différents secteurs d’activité, l’enquête se veut un repère aux entreprises, une sorte de guide sur les grilles de rémunérations pratiquées sur le marché du travail que les enquêteurs mettent à leur disposition moyennant la somme de 5.000DH.
Lors du forum des managers, le débat suscité par les différents directeurs des ressources humaines fut riche. Chacun expliquait sa vision de la rémunération, de la motivation et de la responsabilisation des cadres, partie indissociable de l’indemnisation purement matérielle. La motivation ne peut-elle avoir des formes autres que pécuniaires ? La question mérite d’être étudiée en tenant en compte le contexte dans lequel elle se pose. Ce fut chose faite lors du forum organisé par le magazine «Economie et Entreprise». La vision des cadres et des managers fut fidèlement transmise par les responsables des ressources humaines. L’idée générale est la suivante : les jeunes cadres ne sont pas favorables à une évolution des salaires dans le temps.
Ils sont plutôt fixés sur la rémunération qu’ils toucheront instantanément. «Même les cadres commerciaux, censés tabler sur le salaire variable ont tendance à exiger un salaire fixe important et dans l’immédiat», s’étonne M. Sekkak, DRH à Cap Info poussant ainsi le débat à l’extrême. Et pourtant, le comportement de cette catégorie de personnel quoique inopportun reste facile à expliquer. Il trouve son origine dans le marasme qui caractérise la conjoncture économique actuelle et qui influe négativement sur le salaire touché in fine par le commercial. Seul un salaire fixe est garant d’un niveau de vie auquel peut s’habituer un employé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *