Quels enjeux pour le cycle de Doha ?

La rencontre sur le Cycle de Doha qui se tient mardi prochain à Casablanca, s’inscrit sous les auspices de l’initiative « Business for Development » qui a permis de tenir quatre autres conférences régionales en faveur des pays d’Afrique australe et orientale à Nairobi (Kenya, 30-31 mars 2004), d’Europe centrale et orientale à Sofia (Bulgarie, 18-19 mai 2004), d’Amérique Latine et des Caraïbes à Rio de Janeiro (Brésil, 8-9 juillet 2004) et d’Asie à Manille (Philippines, 21-22 octobre 2004).
La conférence de Casablanca vise à raffermir, conformément à l’esprit de la Déclaration de Doha, la place des questions liées au développement économique des pays du Sud au coeur du programme de travail du Cycle des négociations commerciales.
Les débats de la conférence s’articuleront sur l’accord transitoire du 1er août 2004 auquel sont parvenus les membres de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) sur le programme de travail de Doha et qui avait permis de sortir l’OMC de l’impasse consécutive à l’échec de la conférence de Cancun en septembre 2003, indique-t-on de même source. L’été dernier, les membres de l’OMC avaient adopté la décision du 1er août qui a été consacrée en grande partie aux questions liées au développement, rappelle-t-on. Aux termes de cette décision, les membres de l’OMC s’engagent notamment à éliminer toutes les pratiques déloyales touchant à la concurrence, à l’exportation des produits agricoles (y compris les subventions à l’exportation) et à poursuivre les négociations au-delà du délai du 1er janvier 2005, prescrit par la Déclaration de Doha dans la perspective de la sixième session de la conférence ministérielle prévue à Hong Kong (Chine), en décembre 2005.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *