Rabat et l’UE signent un accord de pêche

Rabat et l’UE signent un accord de pêche

L’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne a finalement été signé jeudi après-midi à Bruxelles entre Mustapha Mechahouri, ministre du Commerce extérieur et Joe Borg, commissaire européen à la Pêche. Un accord qui s’étend sur quatre années pour un total de 144 millions d’euros en plus de 16 millions d’euros  de redevances payées directement par les armateurs. Rien à voir avec les négociations marathoniennes vaines qui ont suivi l’accord arrivé à terme en novembre 1999. cette fois-ci, les pourparlers entre Marocains et Commission européenne n’ont duré que quatre jours. Et le Maroc a eu pratiquement gain de cause sur toutes ses revendications.
A commencer par le nombre de bateaux autorisés à pêcher qui a considérablement été revu à la baisse. Elles ne seront en effet que 119 unités à pêcher le poisson marocain avec un quota de 60.000 tonnes.  Le Maroc a également obtenu gain de cause pour ce qui est de sa seconde condition. L’accord ne concerne donc pas la pêche des céphalopodes et des crevettes. Les bateaux européens ne sont donc autorisés à pêcher que quelques espèces : le pélagique (20 bateaux), le thon (27), pêche à la ligne et casiers (20 bateaux), palangres (52 bateaux), chaluts (22 navires).  Cet accord, qui entrera en application le 1er mars 2006, privilégie le partenariat entre les deux parties pour le développement de la filière pêche marocaine, le financement du plan marocain de restructuration de la pêche artisanale et la recherche scientifique. Ainsi, une partie considérable de la compensation européenne (14 millions d’euros par an) sera affectée aux mesures dédiées à aider la flottille marocaine de pêche artisanale. Cette approche est donc en conformité avec la politique commune de pêche de 2002 qui met l’accent sur la collaboration étroite avec les pays associés pour réaliser la pêche soutenable dans leurs eaux. Plusieurs pays européens sont concernés par cet accord : la France, l’Allemagne, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, la Létonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal et l’Espagne.
Le chef de la délégation marocaine à Bruxelles, Mohamed Tarmidi, également secrétaire général du ministère de la Pêche, n’a pas caché son satisfecit quant à l’accord conclu. Le même satisfecit est à noter également du côté européen. « C’est un pas significatif et positif dans les relations entre l’Union européenne et le Maroc. 
Les deux parties sont déterminées à collaborer étroitement pour une activité de pêche durable et globale », a déclaré le commissaire européen lors de la cérémonie de paraphe de l’accord.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *