Rachid Tlemçani à la tête de la Bourse

La journée du jeudi 4 décembre restera dans les annales de la Société de la Bourse des Valeurs de Casablanca (SBVC), société gestionnaire du marché boursier. Deux assemblées, l’une ordinaire et l’autre extraordinaire, ont porté Rachid Tlemçani, patron du pôle banque d’affaires de la BCM à la tête du conseil de surveillance de la SBVC. Chihab Adlouni, ex-président, a préféré se retirer. Anas Alami, associé à Upline Securitise, a été élu au rang de vice-président. Autre événement notable, le retour des ténors de la place. Ainsi, Eric Aouni, directeur à la BMCE Capital, a représenté la BMCE Capital Bourse. Hassan Boubrike, un des cadres en vue de la CDG, a représenté le nouveau pôle engendré par le rachat de la BNDE et sa société de bourse Safa Bourse. Par contre, le retour du patron de la banque d’affaires CFG Group, Amyn Alami, l’un des architectes de la modernisation du marché boursier, peut être interprété comme un message fort. Les efforts ainsi mobilisés laissent paraître une volonté bien réelle de relancer le marché à travers une nouvelle génération de réformes. Au tour de Rachid Tlemçani, les ténors du marché sont mobilisés pour reprendre le feuilleton des réformes là où il a été arrêté net, suite aux différents regrettables de personnes. Cette réaction des acteurs du marché est à mettre en parallèle avec la volonté affichée du ministère des Finances de dynamiser la bourse. Les mesures d’accompagnements du marché, notamment à travers la loi de finance et les nouveaux textes adoptés, vont dans le sens souhaité par les professionnels. Il est désormais prouvé que la maturité du marché doit s’accompagner d’une autre dynamique législative et organisationnelle. La hache de guerre a bien été enterrée. L’autre volet attendu du conseil SBVC, le renouvellement des administrateurs. Là aussi, la surprise est de taille. Une entente entre les membres a bien été au rendez-vous. Les sociétés de bourse Euro Bourse et Finergy, ont accepté d’attendre l’issue da la fusion annoncée des sociétés de bourse, désormais filiales de l’ensemble BCM-Wafabank. Les trois actuellement présentes, Attijari intermédiation, Somacovam et Wafa Bourse, céderont la place à une seule représentation de l’ensemble, après la fusion. Donc, l’optimisme est assurément de retour malgré les contre performances enregistrées par le marché boursier tout au long de ses dernières années. D’ailleurs, le marché a amorcé deux phases de retournement et tous les facteurs semblent indiquer que la reprise est bien réelle. Autant de signaux et de mesures concrètes qui améliorent notamment la visibilité, mais qui ne rencontrent pour l’instant aucun écho favorable. Parmi les éléments qui militent en faveur de ce regain d’optimisme, un facteur est de taille. C’est celui des incitations fiscales. En effet, dans la prochaine loi de Finances, un détail va retenir sûrement l’attention des opérateurs boursiers : l’intention affichée d’alléger le total des impôts des sociétés qui voudraient s’introduire en bourse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *