Radioscopie des mines au Maroc

Après son étude sur le marché des franchises, la mission économique de Casablanca, rattachée à l’ambassade de France, vient de publier récemment une étude synthétique sur l’état des lieux du secteur minier. Les rédacteurs de cette étude se sont focalisés sur le traitement des mines hors les phosphates. Ainsi, il se dégage de cette radioscopie que les produits miniers (hors transformation) participent à hauteur de 2,77% à la formation du PIB marocain et représentent un chiffre d’affaires de 1,3 milliard de DH en 2001.
Ce secteur est aussi un grand pourvoyeur d’emplois puisqu’il emploie plus de 37400 personnes pour une masse salariale estimée à 4460 millions de DH.
Le domaine minier comprend 694 opérateurs dont BRPM (Bureau de Recherche et de Participation Minière), 586 opérateurs particuliers et 125 sociétés.
Les firmes minières accaparent 48 % de la part du marché, suivies des particuliers (35 %) et de l’Etat à travers le BRPM (17 %).
Sur le plan des échanges extérieurs, plus de 19 % des exportations marocaines proviennent du secteur des mines. Le principal client du Royaume reste sans conteste l’Union européenne.
L’étude de l’ambassade de France, réalisée par Christiane Portelli, fait le point également sur la législation en vigueur. En effet, le secteur minier est régi par le Dahir du 16 avril 1951 modifié en 1958.
L’année 2001 se caractérise par l’adoption de nouvelles réglementations relatives aux appareils à pression, aux conditions techniques d’emmagasinage des explosifs. Au niveau douanier, le gouvernement est en train de finaliser un projet de réforme pour l’harmonisation et la rationalisation du tarif douanier. Ainsi, le nombre de taux sera réduit de 7 au 4 catégories (2,5 %, 10% , 25 % et 40% ).
Qu’en est-il des exportations ? Le Maroc exporte principalement vers l’Union européenne, le cuivre (19 046 t), le zinc (168 781 t), le cobalt (1 026 t), la fluorine (95 305 t), la barytine (339 677 t) et les argiles smectiques (30 510 t). Quant aux produits transformés, ils comprennent respectivement cinq matières : le plomb (56 849 t), l’argent (284 t), l’or (1,2 t), les mattes cuivreuses (1 843 t) et les antimoniates (283 t). L’étude a fait, en parallèle, un focus sur les activités para-minières, en l’occurrence les explosifs et les appareils à pression. Au Maroc, seules cinq usines sont autorisées à fabriquer les explosifs et les accessoires de tir. Elles produisent annuellement plus de 21 mille tonnes d’explosifs.
Pour le parc des appareils à pression, en 2001, il compte, selon le département de l’Energie et des Mines, plus de 10 700 appareils répartis entre les chaudières et les récipients. Pour pouvoir établir une radioscopie plus exhaustive du secteur minier, la mission économique de l’ambassade de France est en train de préparer une autre fiche de synthèse dédiée uniquement aux phosphates.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *