Rapport sur les pratiques de gouvernance des sociétés cotées : L IMA dévoile tout

Rapport sur les pratiques de gouvernance des sociétés cotées : L IMA dévoile tout

Les pratiques de gouvernance des sociétés cotées ont été mises, une nouvelle fois, à nu, mais cette fois-ci par l’Institut marocain des administrateurs (IMA). En effet, l’Institut en partenariat avec la Bourse de Casablanca, le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) et la Société financière internationale (IFC), a organisé un atelier de restitution du rapport final de l’enquête sur les pratiques de gouvernance des sociétés cotées, jeudi 11 avril à Casablanca. Aussi, cette enquête sur les pratiques de gouvernance des sociétés cotées a été menée pour la première fois fin 2012 par l’IMA, prenant ainsi le relais du CDVM qui avait conduit la première édition en 2010. Cependant, l’Institut s’est contenté de s’inscrire dans une démarche scientifique, dans la mesure où l’analyse demeure objective et relate l’état de l’art, sans émettre de recommandations, qui sont du ressort du régulateur. Ainsi, le rapport a pour ambition d’identifier les pratiques de gouvernance actuelles des sociétés cotées et de servir d’outil de comparaison, afin de permettre à chaque conseil d’administration de se positionner par rapport au marché et d’identifier ses propres écarts et axes d’amélioration, en référence au Code marocain des bonnes pratiques de gouvernance de 2008.
L’IMA a donc tâté le pouls des sociétés cotées et révélé que les deux tiers des sociétés participant à l’enquête font référence au Code marocain des bonnes pratiques de gouvernance contre la moitié seulement en 2010. À noter que 55% des sociétés cotées à la Bourse de Casablanca ont répondu au questionnaire proposé, représentant 45% de la capitalisation boursière et que 90% de ces sociétés ont une capitalisation boursière supérieure à 100 millions de dirhams. Aussi, ce panel est représentatif des principaux secteurs de la place.
Autre constat, le suivi des questions de gouvernance est essentiellement assuré aujourd’hui par l’Exécutif, à savoir le président-directeur général ou le directeur général, selon les déclarations des répondants. Dans le même sillage, la structure moniste reste prépondérante pour 90% des réponses et une majorité des sociétés cotées ne sépare pas les fonctions exécutives des fonctions de contrôle. Cette pratique aurait même tendance à augmenter avec 65% en 2012 contre 54% en 2010 (Voir page 11). Parallèlement, la majorité des sociétés estime que le rôle de leur conseil d’administration est bien défini dans les domaines qui constituent ses missions principales, soit la définition de la stratégie, le contrôle de la sa mise en œuvre et le contrôle des principaux investissements/désinvestissements. Ainsi, 60% des sociétés cotées estiment que leur Conseil est tout à fait en mesure de recruter, de suivre la performance et la rémunération et d’organiser la succession ou le remplacement des principaux dirigeants.
Sur un autre volet, les administrateurs des sociétés cotées sont relativement jeunes dans la mesure où 95% ont moins de 60 ans et 85% ont entre 40 et 59 ans. Aussi, la part des administrateurs non exécutifs observée se situe toujours autour de 85% contre 89% en 2010. Il apparaît, également, que 69% des sociétés de l’échantillon disposent désormais d’un comité d’audit contre 50% en 2010. L’IMA constate donc une nette progression sur les comités de rémunérations et de nominations en place dans 53% des sociétés contre 28% en 2010.
Concernant le traitement équitable des actionnaires, presque tous les répondants, soit 90%, déclarent que leur entreprise est positivement engagée pour le garantir et 86% leur donnent accès à l’information pertinente. Dans ce sens, en 2010, 75% des répondants déclaraient avoir désigné un responsable de la communication financière contre près de 98% en 2012. Par contre, près de la moitié des sociétés n’ont pas de programme d’intégration des nouveaux administrateurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *