Réassurance : La SCR renforce sa présence sur le marché international

Réassurance : La SCR renforce sa présence sur le marché international

La Société centrale de réassurance (SCR) repositionne son business model pour un développement maîtrisé à l’international.

En effet, son directeur général, Youssef Fassi-Fihri, ne cache pas son ambition de faire croître le chiffre d’affaires de l’entreprise à l’international dans les 5 années à venir. «Notre premier marché c’est le marché turc, suivi de celui du Moyen-Orient et ensuite le marché africain. Ceci étant, le potentiel du développement naturel qu’on peut avoir c’est aussi le marché africain et celui du monde arabe», indique le DG lors d’un atelier sur la place de la SCR dans le marché de l’assurance précisant que la réassurance crée un lien de solidarité permettant de faire face à des sinistres qui seraient autrement impossibles à indemniser par les assureurs directs. La SCR se dit s’inscrire dans une stratégie de développement à l’international en renforçant sa présence dans les marchés africains avec la création des bureaux de représentation, notamment en Côte d’Ivoire, au Rwanda et en Egypte.

Au cours de sa présentation, il a mis en avant la solidité financière de l’entreprise et le rôle qu’elle joue au service de l’économie nationale. En termes de prime souscrite, l’entreprise a enregistré un total de 2 milliards de dirhams avec un résultat de 300 millions de dirhams pour l’exercice 2018.  «On est le 3ème réassureur en Afrique mais je considère que nous sommes les premiers réassureurs en termes de chiffre d’affaires parce que les deux autres ont des avantages réglementaires de cessions légales», indique Youssef Fassi-Fihri. L’entreprise se déclare être un acteur de stabilisation et un partenaire privilégié des cédantes marocaines, un garant de la sécurisation de la gestion et règlement des sinistres non couverts par les acteurs internationaux, au-delà même des considérations économiques et la voix du Maroc dans les grandes instances internationales.

Au niveau national, la SCR dévoile jouer un rôle important dans la maîtrise des équilibres techniques du secteur national d’assurance sur les 5 dernières années (plus de 3,5 milliards DH de sinistres payés aux assureurs marocains). Ne voulant pas communiquer sur l’assurance couvrant les risques catastrophiques, Youssef Fassi-Fihri a confié ne pas vouloir s’avancer sur ce sujet dont la communication officielle revient au ministre de l’économie et des finances. «Tout ce que je peux vous dire c’est qu’on a lancé l’appel d’offres au niveau de la réassurance internationale pour pouvoir se couvrir contre ce risque», soulignant que les choses sont prises au sérieux pour être au rendez-vous le 1er janvier 2020.

Afin de répondre aux exigences du marché de l’assurance et de la réassurance, la Société centrale de réassurance a lancé son académie de formation. «Cette initiative d’envergure a pour objectif de mettre à la disposition des partenaires de la société son expertise technique dans les différentes branches d’assurance (Incendie, Engineering, Aviation, Maritime et Responsabilité Civile), ainsi que dans les domaines de la tarification, de l’actuariat et de la prévention», selon l’entreprise précisant qu’il s’agit d’un programme qui s’adresse aussi bien aux cédantes clientes marocaines et africaines qu’aux collaborateurs internes de la SCR. Notons par ailleurs qu’en 2018, les primes émises par le secteur des assurances au Maroc ont dépassé la barre des 40 MMDH et atteignent 41,34 MMDH. Toutefois, la dynamique de croissance a ralenti à 6,1%, après 3 années d’évolution à deux chiffres. Par segment, l’assurance Vie et capitalisation a augmenté de 7,1% en 2018, à 18,18 MMDH. Enfin, la part de l’assurance auto dans le marché global a atteint 27%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *