Réchauffement climatique: Boussaid mobilise les bailleurs de fonds pour la COP22

Réchauffement climatique: Boussaid mobilise les bailleurs de fonds pour la COP22

La mobilisation de toutes les potentialités nationales et internationales est désormais nécessaire pour réussir l’organisation de la Conférence des Nations Unies pour la lutte contre le réchauffement climatique (COP22).

C’est là un des messages portés par le comité scientifique de cette manifestation d’envergure internationale prévue en novembre 2016, lors d’une rencontre informationnelle tenue hier 11 avril, en  présence des bailleurs de fonds attachés à cette démarche de durabilité.

En présence du comité de pilotage de la COP22, Mohamed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, a présidé la rencontre informationnelle autour des préparatifs de cet événement d’envergure. Cette rencontre, organisée en partenariat avec le comité de pilotage de la COP22, a été programmée la veille du lancement du processus de ratification de l’accord historique de Paris.

Elle a pour objectif de présenter la feuille de route pour l’organisation de la COP22 et d’examiner les modalités d’accompagnement des partenaires. Elle a également été l’occasion pour Mohamed Boussaid d’attirer l’attention sur les  programmes adoptés en matière de protection de l’environnement et de la lutte contre les changements climatiques, en l’occurrence le plan énergétique. Ce dernier a pour ambition de porter à 42% la contribution des énergies renouvelables à la production électrique d’ici 2020, et à 52% à l’horizon 2030. Le ministre a cité, à cet égard, le projet «Noor» qui sera à terme le plus grand projet solaire du monde et pourra fournir de l’énergie à plus d’un million de foyers. S’ajoute à cela le plus grand parc éolien d’Afrique à Tarfaya qui va permettre de fournir de l’électricité à 1,5 million d’habitants.
Lors de son intervention, Boussaid a également signalé que «la COP de Marrakech sera celle de l’action». Expliquant aux bailleurs de fonds que «cet événement a pour objectif principal de développer les outils opérationnels pour la mise en œuvre de l’accord de Paris, issu de la COP21, considérée comme étant celle des décisions».

Il a, en outre, précisé que la nomination du comité de pilotage a été suivie par la mise en place des outils de gouvernance financière dédiés à la création d’un Segma qui retracera exclusivement la comptabilité de l’opération et l’adoption d’un décret qui arrête les modalités d’exécution des dépenses programmées. Il a, par ailleurs, signalé que le Royaume du Maroc a hissé les questions de protection de l’environnement et de la lutte contre les changements climatiques au rang des priorités nationales.  La même source rappelle dans ce sens que l’appel de Tanger, pour une action solidaire et forte en faveur du climat,  lancé par SM le Roi Mohammed VI et  le Président de la République française François Hollande, «constitue une sonnette d’alarme quant à l’urgence d’entreprendre une action solidaire et forte en faveur du climat et la nécessité d’agir vite, bien et collectivement pour amplifier la lutte contre le dérèglement climatique».

Par ailleurs, Abdelaadim El Hafi, Haut commissaire aux eaux et forêts, au poste de commissaire de la COP22, a présenté lors de cette réunion les 10 membres du comité de pilotage de la COP22 présidé par le ministre des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar. Il est à mentionner que cette réunion a été marquée par la présence des bailleurs de fonds attachés à cette démarche de durabilité, tels que, la coopération allemande (GIZ), la Banque mondiale, la Banque africaine pour le développement, la Banque européenne d’investissement, des institutions nationales telles que le Conseil économique, social et environnemental (CESE), l’Aderee, les Ordres professionnels et les fédérations professionnelles concernées ainsi que les représentants des ambassades des pays au Maroc.

L’UE, le PNUD et le FIDA s’engagent
L’Union européenne, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Fonds international de développement agricole (FIDA) se sont engagés, lundi à Rabat, à débloquer des aides financières en appui à la Conférence mondiale sur le climat (COP22), prévue en novembre prochain à Marrakech.

L’UE s’engage à verser 2 millions d’euros en soutien à l’organisation de la COP22 et les négociations sont en cours pour mobiliser 5 millions d’euros supplémentaires, a fait savoir son représentant lors de cette rencontre dédiée au briefing des partenaires techniques et financiers de la COP22 et des représentations diplomatiques accréditées au Maroc. De son côté, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) compte verser 2 millions de dollars, alors que la contribution du Fonds international de développement agricole (FIDA) s’établit, elle, à 450.000 dollars.
Tour à tour, les représentants des partenaires techniques et financiers (Système des Nations Unies, Banque mondiale, UE, BAD, BEI, USAID, BID, JICA, AECID, BERD, CIB, KOICA, GIZ, etc.) ont souligné l’engagement de leurs institutions respectives à appuyer le Maroc techniquement et financièrement dans l’organisation de la COP22.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *