Réflexions autour de la gestion des risques et des crises

Le cas de la région d’El Hoceïma, Taza et Taounate seront prises pour exemple le long de la table ronde qui sera organisée par le Groupement de recherche sur l’espace et le territoire (GRET), l’UFR des sciences administratives, le Centre d’études et recherches sur l’aménagement (CERAM) et l’association Taounate Ouardzagh pour le développement, le dimanche 21 mars 2004 à 9h à la salle de conférence de la province de Taounate.
Ce débat public permettra une réflexion sur les conditions de renforcement de la gouvernance territoriale, la pertinence de choix des projets et les nouvelles politiques de gestion des risques et des crises. Le choix d’une telle problématique vient suite aux douloureux événements qui ont secoué le pays, ses villes et ses campagnes au cours de ces trois dernières années, en particulier les inondations de 2003, la tragédie du 16 mai à Casablanca et le dernier séisme qui a ébranlé toute la région d’El Houceïma.
Compte tenu du déficit qui caractérise les exigences en matière de développement, de protection et de sécurité face aux différents risques et crises, le réflexe des citoyens est de se tourner vers l’Etat et les collectivités en exigent d’eux une garantie maximale de prévention contre les risques de régulation des crises et une gestion efficace des projets. À travers l’énoncé de plusieurs questions, des réflexions seront proposées pour l’amélioration du cadre de vie marocain.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *