Réintégration de la CGEM en confédération interne : Le sort de la CNT connu demain

Réintégration de la CGEM en confédération interne : Le sort de la CNT connu demain

Revenir à un statut de fédération interne de la CGEM ou garder la personnalité morale acquise suite à un processus d’externalisation engagé depuis 2008…

Une question qui suscite un débat chaud entre les membres de la Confédération nationale du tourisme (CNT). L’ensemble des adhérents devront statuer sur ce retour lors de l’assemblée générale extraordinaire prévue ce vendredi 11 mai sous la demande de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Une demande a été soumise, dans ce sens, à la présidence de la CNT et ce à l’issue de la réunion du comité des sages regroupant 4 membres de la CGEM et 4 membres représentant le secteur du tourisme. Ces parties ont décidé d’un commun accord de la procédure à suivre en cas d’adoption ou du rejet du principe du reconversion de la CNT en une fédération interne de la CGEM. Au cas où le principe est validé, une résolution spécifique devra être votée. A cet effet, la présidence actuelle assurera la gestion transitoire pendant deux semaines pour accomplir les formalités administratives. La CGEM organisera dans ce sens la gouvernance de la Fédération nationale du tourisme conformément à ses statuts en tant que fédération interne.

Si le principe de réintégration est rejeté, la CNT convoquera une assemblée générale élective pour élire sa propre gouvernance. Dans les coulisses de la CNT, le retour au statut de fédération interne de la CGEM n’est pas envisageable surtout pour le comité exécutif de la Confédération. Abdellatif Kabbaj, président de la CNT, indique que revenir comme fédération interne à la CGEM serait un aveu d’échec non assumé. «La CGEM n’a pas vocation à garder des fédérations internes, mais à œuvrer à en faire des structures externes capables de relever les défis du secteur qu’elle représente. C’est ce que nous avons appris des dirigeants de la CGEM», précise-t-il. Pour M. Kabbaj, l’externalisation de la Fédération nationale du tourisme en 2008 n’était pas une utopie mais plutôt une démarche réfléchie et débattue par l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur du tourisme national. La polémique actuelle émane, selon lui, d’une minorité de membres qui honorent par leurs engagements la CNT.

La Confédération nationale du tourisme compte à ce jour 3,5 MDH d’arriérés de cotisations desdits membres. M. Kabbaj a par ailleurs souligné que la CNT actuelle est membre de droit  à la CGEM et rien ne l’empêche d’utiliser ce droit pour exiger de la CGEM l’attention qu’elle mérite en sa qualité de représentant d’un secteur productif et créateur de richesse. C’est d’ailleurs ce que tend le bureau actuel à partager avec les candidats à la présidence de la CGEM. Rappelons que le mandat d’Abdellatif Kabbaj devrait être renouvelé dans les jours qui viennent et ce à la demande de la majorité des adhérents de la CNT. Au cas où la CNT maintiendrait son externalisation, M. Kabbaj conduira la Confédération en bînome avec Hamid Bentahar. Ce nouveau mandat est indispensable pour M. Kabbaj dans la mesure où il continuera le travail entamé . «A l’heure où le tourisme reprend des couleurs, il serait injustifiable de rompre un équilibre que nous avons mis beaucoup de temps à instaurer et ouvrir une boîte de pandore dont on ne connaît pas les conséquences», conclut-il. 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *