Réinventer le rôle de l’Etat

Communication. Tel semble désormais être le mot d’ordre au sein du tout récemment constitué gouvernement Jettou. A peine quelques semaines après leur désignation à la tête des différents départements gouvernementaux, les ministres marocains ne cessent de faire des sorties pour le moins remarquables. La dernière en date a eu lieu mardi dernier à Casablanca lorsque Aberrazak El Moussadeq, ministre des Affaires économiques et générales et de la Mise à niveau de l’économie et Nabil Benabdallah, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, se sont personnellement chargés de mener la conférence de presse annonciatrice d’un événement tout aussi remarquable et qui aura lieu au Palais des Congrès de Marrakech du 10 au 13 décembre prochain : le Quatrième Forum Global sur la réinvention du rôle de l’Etat.
Près de1000 participants, représentant gouvernements, administrations publiques, organisations internationales, entreprises, universités, centres de recherches et société civile prendront part à ce forum. Quelque 350 participants étrangers dont quatre vice-présidents d’Etat, 10 Premiers ministres et une trentaine de ministres, ont d’ores et déjà confirmé leur participation augurant de la dimension de l’évènement. Le thème retenu pour l’édition de cette année, la quatrième du genre, n’est autre que « Les citoyens, les entreprises et l’Etat : dialogue et partenariats pour la promotion de la démocratie et du développement ». Le thème est crucial pour un pays émergeant comme le Maroc, large par les secteurs et intervenants auquel il fait appel et en dit long sur les nouvelles orientations, à la fois politiques et économiques, du Maroc. Initiée par le Gouvernement des Etats-Unis, la première édition du Forum a eu lieu en 1999 à Washington pour devenir une tradition annuelle. La deuxième édition a eu lieu au Brésil, la troisième a été organisée en 2001 à Naples en Italie. Et c’est là que la volonté du Gouvernement marocain de promouvoir l’édition 2002 du Forum Global a été vivement encouragée sur proposition du gouvernement italien.
Les conséquences économiques et sociales d’une évolution démographique mondiale déséquilibrée, le développement inégal et l’accroissement de la pauvreté et de l’exclusion, notamment dans les pays en développement, les écarts technologiques et économiques, l’extension des conflits armés, les vagues de migrations massives, légales ou non…une situation qui, comme l’a souligné M. Moussadeq, « nécessite un examen de passage du rôle que devrait jouer l’Etat » et renvoie directement ou indirectement à une même problématique : la gouvernance. Le Forum de Marrakech se fixe dans ce sens comme objectif principal d’explorer des voies alternatives susceptibles de mener à des solutions viables et innovantes fondées sur les principes du dialogue et des partenariats. Il y sera question du pluralisme politique et syndical, la promotion des droits de l’homme, l’intégration de la femme au développement, et l’émergence d’une société civile active et responsable.
Le Quatrième Forum Global offrira également au Maroc et aux autres nations l’opportunité de partager leurs multiples expériences et de définir ensemble des règles pouvant aider les gouvernements à mettre en oeuvre les réformes. C’est dans cette optique que M.Moussadeq a rappelé les nouvelles orientations marocaines, formulées dans la dernière déclaration gouvernementale et qui font de la proximité et du partenariat des choix stratégiques de gestion.
Selon le ministre, ce forum donnera un « sens pragmatique à cette politique économique et sociale » nécessaire à la politique de proximité que compte mettre en place L’équipe Jettou. En effet, quatre thèmes, à savoir «Renforcement des politiques publiques de partenariat», «Redéfinition du rôle de l’Etat et mécanismes de régulation», «Partenariats locaux et régionaux, moteurs du développement économique » et «Cultures locales face aux exigences des valeurs universelles» seront abordés lors de ce forum, a indiqué le Président de l’Université Al Akhawayn, Rachid Benmokhtar, président du Comité scientifique du Forum. Les travaux du Forum Global seront organisés sous forme de quatre séances parallèles comprenant des ateliers se concentrant sur un ou plusieurs sous-thèmes. Global, le forum l’est bel et bien. Un défi, du moins d’organisation, que le nouveau gouvernement a su relever et réussir. «Le Maroc pourra encore une fois démontrer que face aux grands défis, il sait se mobiliser. Le problème se situe au niveau des petits défis», a remarqué M. Moussadeq. Allusion faite à la mise à niveau de l’économie dont il a la charge.

Renseignement pratique
www.globalforum.ma

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *