Renault : Forte baisse de rentabilité en 2001

Ceci étant, la contribution de son partenaire japonais Nissan lui a permis de maintenir son résultat net. Pour 2002, le groupe s’est montré très prudent en raison des incertitudes sur l’évolution des marchés automobiles, « un peu plus forte qu’à l’accoutumée » selon son président Louis Schweitzer. Il s’est borné à prévoir « une consolidation » des ventes et un bénéfice opérationnel pour l’ensemble du groupe, si les marchés restent proches de 2001. Mais il n’a pas exclu une dégradation du résultat opérationnel du groupe et ne s’est pas engagé sur celui de la division automobile, qui, selon certains analystes, pourrait être déficitaire en 2002. Le bénéfice opérationnel, qui mesure au plus près la performance du groupe, a baissé de 74% à 473 M EUR en 2001. Le groupe a dégagé une marge de 1,3% seulement, comparé à plus de 5% en 2000. Le résultat de la branche automobile a chuté de 86% à 216 M EUR, soit une marge de 0,6%. Ce « recul significatif » est dû notamment aux crises en Turquie et en Argentine, deux marchés où Renault est très implanté et où ses ventes ont baissé de 100.000 véhicules l’an dernier, a expliqué M. Schweitzer devant la presse. Renault a constitué une provision de « plus de 100 M EUR » pour l’Argentine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *