Rencontres B2B : Un «matching» parfait entre deux intérêts !

Rencontres B2B : Un «matching» parfait entre deux intérêts !

Le monde du B2B n’est pas aussi opaque que l’on pourrait le penser. Il repose sur une préparation minutieuse et préalable aux rencontres entre deux intérêts qui se regroupent et se chevauchent. Wink est un cabinet de conseil spécialisé en événements B2B et en développement à l’international.
Son directeur, Jalal Benbrahim, nous éclaire sur les différentes façons avec lesquelles il est possible de réussir une rencontre B2B.

ALM : Qu’est-ce qui représente, selon vous, une rencontre B2B réussie ?
 

Jalal Benbrahim : Une rencontre B2B réussie est une rencontre préparée où, même si les deux parties se retrouvent pour la première fois autour d’une table, elles se rendent compte que l’une répond aux besoins de l’autre et vice versa. Il n’y a pas plus pénible que de se retrouver devant une personne envers laquelle il n’existe aucun intérêt «business» à partager. Réussir une rencontre B2B passe donc forcément par un travail en amont de recherche et d’intelligence.

Comment faites-vous pour mettre en contact deux personnes entre elles en déterminant à l’avance l’intérêt qu’elles pourraient avoir l’une pour l’autre ?

Pour qu’il y ait un intérêt ou un résultat, il faut absolument qu’il y ait une adéquation entre la demande de l’un et l’offre de l’autre. Notre travail consiste justement à se rapprocher le plus possible de cette adéquation en qualifiant en amont les besoins de chaque personne. Il est important que chaque rencontre soit personnalisée d’un point de vue besoins afin qu’elle puisse porter ses fruits. Par exemple, nous avons dernièrement organisé plus de 450 rencontres B2B pour des exportateurs marocains à Dubai. Le but étant de faire un «matching» parfait entre les uns et les autres.

Quelles sont les principales difficultés de votre métier ? Quelles sont vos plus grandes réussites ?

La plus grande difficulté de ce métier est de pouvoir assurer la présence des acheteurs ou investisseurs étrangers et de faire en sorte qu’ils répondent présents le jour J. Franchement, il n’y a pas de grande ou petite réussite, notre réussite se mesure, à chaque événement, à la satisfaction des exportateurs que nous accompagnons. On se remet en question après chaque événement, on corrige nos erreurs et on avance.

On peut presque dire sans se tromper que votre métier possède un cachet citoyen puisqu’il permet de drainer des investisseurs vers le Maroc… Quels sont les pays dans lesquels vous opérez ?

Effectivement. Depuis que nous nous sommes orientés vers ce marché, nous ressentons beaucoup de fierté à supporter nos exportateurs et participer à notre manière à booster l’économie de notre pays ; à l’image d’ailleurs de tous nos exportateurs, que je salue et qui ne cessent de se battre pour se positionner dans des marchés de plus en plus compétitifs. À date d’aujourd’hui, nous avons effectué des missions au Japon, aux Etats-Unis, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique pour les secteurs de l’agriculture, les médias, les technologies de l’information et les télécommunications.

Quelle est votre plus grande aspiration ?

Ma plus grande aspiration, ou plutôt certitude, est que Wink contribuera un jour de manière significative à créer de plus en plus d’emplois dans notre pays à travers notre support des actions de promotion et de développement de l’offre exportable marocaine sur les marchés internationaux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *