Rénovation du trafic aérien

L’espace aérien national est en passe de s’organiser. L’Office national des Aéroports (ONDA) vient de sélectionner la société espagnole Indra pour la rénovation des systèmes de gestion du trafic aérien du pays. D’après un communiqué publié sur le site internet de l’entreprise, le contrat, formalisé début octobre, prévoit la mise en place d’un système entièrement nouveau qui permettra une gestion globale du trafic dans tout l’espace aérien national depuis un centre de contrôle. Un centre qui sera construit prochainement à Casablanca. La société espagnole s’est adjugée ce contrat suite à un concours international où plusieurs autres compagnies étaient en lice. Parmi elles, figuraient le groupe italien Alenia-Marconi, le français Thalès et l’américain Northrop Grumman. La réalisation du projet dont le montant d’investissement s’élève à quelque 6 millions d’euros, a été établie dans un délai d’un an et demi. Son exécution se fera également à travers l’installation de 6 positions de contrôle du trafic, avec tous les systèmes de visualisation, d’exploitation et de gestion de données et de communication associée. En plus, une communication entre le centre de contrôle et les centres espagnols et portugais adjacents sera mise en place. Le contrat prévoit également la formation par Indra de personnel qualifié et qui aura la charge de contrôler et manier les équipements de la nouvelle installation. Avec la conclusion de cet accord, Indra pousse sa stratégie de pénétration dans le marché des systèmes de gestion du trafic aérien au Maroc. En 2002, l’entreprise avait déjà entamé la mise en oeuvre d’un premier contrat avec l’ONDA visant à développer un simulateur de traitement d’information radar, remis cet été. Ce système permet de reproduire avec une fidélité absolue l’environnement des opérations et les procédures de route et d’approximation ainsi que de simuler des situations d’urgence pour l’entraînement. L’implantation des systèmes de gestion de trafic aérien d’Indra au Maroc consolide la création d’un courrier aérien entre l’Europe et l’Amérique latine avec une technologie uniforme appartenant à la société espagnole. En plus du système espagnol, avec son correspondant central aux Iles Canaries, Indra a implanté sa technologie de gestion de trafic aérien au Cap Vert et en Amérique Latine. Leader en technologies d’information, Indra a réalisé en 2002 des bénéfices nets de l’ordre de 882,2 millions d’euros. Son activité regroupe trois principaux secteurs, à savoir les TI, simulation et système automatique de maintenance (SIMSAM) ainsi que les équipements électroniques de défense. Présente dans plus de 40 pays, l’entreprise a réalisé plus de 30% de son chiffre d’affaires à l’international.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *