Reprise annoncée en 2002

La Banque Mondiale estime que la croissance des pays en voie de développement (PVD) pourrait atteindre les 3,7 % en 2002. A la lecture de ce constat, le scepticisme est de mise. En effet, le contexte international ne prête guère actuellement à un tel optimisme. Attentats du 11 septembre, ralentissement notable de l’économie mondiale, et dépendance des PVD des marchés étrangers et de leurs capitaux, font que ces derniers sont les premiers à en pâtir. Toutefois, les analystes de l’organisme financier mondial posent un scénario pour l’année 2002 plutôt favorable. Il consiste en la mise en place d’un cycle de développement. C’est ce qui se dégage du rapport publié par la banque Mondiale récemment. En d’autres termes, ils proposent une refonte globale du système commercial mondial. Ce dernier ne se réalisera qu’avec la diminution des facteurs faisant entrave aux échanges. Ce qui se traduira par l’accélération de la croissance à moyen terme et la réduction du taux de pauvreté de par le monde. Encore plus, les observateurs s’attendent à une augmentation du taux de croissance annuel du PIB de 0,5%. Cette tendance sera favorisée par l’intensification des échanges et permettra, vers 2005, à 300 millions d’individus de sortir de la pauvreté. Autre conclusion. Les pays en voie de développement auront la possibilité de profiter d’une augmentation de revenus. Toutefois, l’étude de la Banque Mondiale pose une condition. Ainsi, cet objectif ne sera atteint, pour les dix prochaines, qu’avec la mise en place des mesures de libéralisation des échanges commerciaux. Concrètement, les pays industrialisés ne débourseront pas d’importantes sommes. Mais ils devront faire des concessions et négocier les volets ayant trait à la politique agricole et au textile. Puisqu’il s’agit des principaux secteurs d’activités des pays non industrialisés. Au regard des événements, et surtout de leurs conséquences néfastes, l’économie mondiale glisse vers la récession, comme l’a affirmé la Banque Mondiale dans son rapport relatif aux perspectives économiques mondiales. D’autant plus que les pays en voie de développement devront supporter la baisse du taux de progression relatif à la demande pour leurs produits d’exportation. Résultat : une remise en cause de la croissance pour l’année en cours. Rappelons que les échanges commerciaux au titre de l’année 2001 ont connu une réduction des plus drastiques, atteignant 13% pour la seule année 2000. Ce taux sera probablement de 1% pour cette année. Les chiffres avancés par la Banque Mondiale sont particulièrement alarmants pour les pays développés. Ainsi, le taux de croissance au terme de l’année 2001 devrait atteindre 0,9%, puis 1,1% en 2002. Et il devrait avoisiner 3,5% en 2003. Pour leur part, les pays en voie de développement atteindront un taux de croissance de 2,9% en 2001, puis de 3,7% pour l’année prochaine et, enfin, de 5,2% pour 2003. Toutefois, la Banque mondiale ne manque pas de préciser que «ces prévisions sont assujetties à un niveau de risque particulièrement élevé ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *