Reprise des liaisons aériennes entre l’Algérie et la France

Le premier vol régulier d’une compagnie française à destination de la capitale algérienne depuis décembre 1994, a atterri lundi matin à Alger, sous le pavillon d’Air Lib. Ce premier vol commercial marque à la fois le retour d’une compagnie française vers l’Algérie et un espoir de recettes substantielles pour Air Lib qui se débat dans de gros soucis financiers. Une soixantaine de passagers, y compris des invités, étaient à bord d’un MD 83 qui avait quitté l’aéroport d’Orly-sud dans la banlieue parisienne en début de matinée.
Sur l’aéroport Houari Boum-édiène, l’appareil a été pris en charge comme tout autre avion de ligne faisant escale à Alger, et les forces de sécurité habituelles étaient présentes sur le tarmac. Air France avait suspendu ses vols vers l’Algérie fin décembre 1994 après le détournement sanglant d’un de ses appareils par un commando du Groupe islamique armé (GIA) sur l’aéroport d’Alger, qui avait fait sept morts (trois passagers et quatre membres du commando) lors de l’assaut du GIGN, donné à Marseille.
Air Lib avait indiqué vendredi ne pas disposer de précisions sur le taux de remplissage de ses avions pour la première semaine d’exploitation. L’accord technique et commercial, récemment bouclé avec la compagnie algérienne privée Khalifa Airways, devrait permettre d’attirer la clientèle algérienne. Air Lib présente cette nouvelle ligne comme une condition sine qua non de son redressement.
La compagnie, malmenée par la crise liée aux attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et la faillite de son ancien actionnaire Swissair, est lourdement déficitaire sur ses lignes intérieures. Seul le partenariat avec Air France sur les départements d’outre-mer fonctionne bien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *